Municipale Archives - Page 2 sur 3 - Elections.ci

electionsci2016430 août 20184min600

Ouattara Dramane dit OD, candidat déclaré aux prochaines municipales au Plateau ne sera pas dans le starting-block, lors de ce scrutin prévu pour le samedi 13 octobre 2018. C’est avec « douleur et consternation » qu’il a annoncé la « décision difficile » de son retrait de la course à l’élection des conseillers municipaux et régionaux. Les raisons.

Ouattara Dramane dit OD qui a investi le terrain depuis quelques mois, en vue des prochaines élections municipales au Plateau, vient de prendre une importante décision. A son corps défendant, il a annoncé le retrait de sa candidature aux prochaines municipales au Plateau.

Dans un communiqué dont copie est parvenue à Linfodrome, ce cadre du RDR explique que « Cette décision fait suite au choix de mon parti, le RDR, en faveur d’un autre candidat pour porter les couleurs du RHDP lors de la municipale à venir au Plateau. »

Pour rappel, sur initiative de Séa Jean Honoré, secrétaire général adjoint du RDR chargé du monde culturel, vice-gouverneur du district autonome d’Abidjan, une cérémonie de soutien à Fabrice Sawegnon a été organisée, le jeudi 23 août 2018, à l’hôtel du district du Plateau. Au cours de cette grande rencontre à la salle Félix Houphouët Boigny, Sawegnon a fait savoir qu’il « accepte avec beaucoup de respect et d’humilité, de porter les couleurs du RHDP pour les municipales 2018. »

Ci-dessous le communiqué de Ouattara Dramane dit OD annonçant son retrait.

COMMUNIQUÉ

Chers amis,

Chères populations du Plateau,

Chers Ivoiriens,

C’est avec douleur et consternation que j’annonce ici la décision difficile de mon retrait de la course à l’élection des conseillers municipaux et régionaux du 13 octobre 2018.

Cette décision fait suite au choix de mon parti, le RDR, en faveur d’un autre candidat pour porter les couleurs du RHDP lors de la municipale à venir au Plateau.

En militant discipliné, et respectueux de la décision de mon parti pour lequel je milite depuis 1994 au Plateau, je me dois de m’en tenir à cet état de fait.

En conséquence, je voudrais du fond du cœur, remercier mon équipe de campagne, mes Hommes, mes compagnons de lutte, mes soutiens, mes partenaires, les braves et vaillantes populations du Plateau, de Locodjro, tous les ivoiriens qui, de près ou de loin, n’ont cessé de me témoigner leur attachement tout au long de ces années. Je voudrais qu’ils trouvent ici l’expression de mon infinie reconnaissance.

Aucun espoir n’est perdu si la vie se prolonge et si Dieu nous donne la santé.

Je félicite le candidat retenu par mon parti et lui souhaite tous mes vœux de succès.

 

Fait à Abidjan, le 28 Août 2018

OUATTARA Dramane dit OD.

2df06a968bfcbe4c1b6815ffa67b3885_L.jpg
electionsci2016429 août 20183min543

La jeunesse du parti démocratique de Côte d’Ivoire exige le report des élections municipales et régionales prévues pour le 13 Octobre prochain. C’était lors d’une réunion extraordinaire, le mardi 28 Août 2018 au siège du PDCI-RDA sis à Cocody.

La jeunesse du vieux parti de Côte d’Ivoire souhaite le report des élections locales. Évoquant plusieurs raisons à cet effet, la jeunesse du PDCI a indiqué que le 06 Aout 2018, le Chef de l’Etat annonçait l’amnistie des prisonniers politiques et reconnaissait la nécessité de la réforme de la Commission Electorale Indépendante(CEI) pour une élection transparente et inclusive.

La libération des prisonniers politiques a été faite mais la question de la réforme de la Cei est restée toujours en suspens. « Considérant que les décisions d’amnistie et de réforme sont immédiates et concomitantes, on ne peut par conséquent libérer les prisonniers politiques et laisser la question de la réforme de la CEI en suspens», a déclaré cette jeunesse.

Aussi elle a évoqué le parrainage forcé des candidats PDCI-RDA par le RHDP unifié pouvant aboutir sur une crise éventuelle. Sans oublier, la conjonction des facteurs de vacances judiciaires et des mouvements préfectoraux qui ont fortement entravé les démarches des candidats pour la constitution des dossiers en vue de leur participation aux élections locales du 13 Octobre 2018.

Au regard de toutes ces raisons, la jeunesse urbaine du plus vieux parti appelle l’Etat ivoirien à prendre ses responsabilités afin de conduire la refonte de la CEI à travers un large consensus incluant tous les acteurs sociopolitiques. Car pour eux, la réforme de la  commission électorale indépendante demeure une condition nécessaire pour aller aux élections locales prévue le 13 Octobre 2018.

Par ailleurs, elle soutient accompagner tout processus visant à rétablir le caractère impartial, démocratique, d’équité et de transparence de la CEI.

Mélèdje Tresore

bb8e332b4cdee8caaaef40801fb344d9_L.jpg
electionsci2016428 août 20184min542

Maurice Kakou Guikahué, secrétaire exécutif en chef du parti démocratique de Côte d’Ivoire (PDCI-RDA) a réagi au jeu trouble de certains candidats, initialement désignés pour porter les couleurs du vieux parti aux élections couplées municipales et régionales 2018.

Le secrétaire exécutif du parti septuagénaire n’a pas marché ses mots quand il s’est agi de se prononcer sur les cas Samy Merry et Kouassi Appolinaire, initialement candidats choisis du PDCI-RDA pour les circonscriptions de Lakota et de Didievi. « Il faut que les hommes politiques ivoiriens apprennent à être des hommes de parole et d’honnêteté », a-t-il dénoncé le lundi 27 août 2018. C’était à la sortie d’une rencontre de vérité entre le président Bédié et certains cadres du parti septuagénaire dont les noms figuraient à la fois sur des  listes distincts. En l’occurence celle du PDCI-RDA et du RHDP.

Abordant le  cas Samy Merhy, le Pr Guikahué a révélé que ce dernier était lui-même demandeur du parrainage du PDCI-RDA. Chose que son parti le Rassemblement des républicains (RDR), lui aurait refusé. « Il a envoyé une délégation composée de sa tante et de monsieur Tiékouéi pour me dire que le Rdr avait refusé son investiture et qu’il voulait être investi par le Pdci-Rda », a confié l’ex ministre de la Santé. Ajoutant que le maire sortant de Lakota aurait également promis à Henri Konan Bédié, président du Parti, qu’il donnerait sa victoire au Pdci, en cas de victoire.

« En notre qualité d’actuel maire RHDP de Lakota, marquons notre étonnement et apportons un démenti formel à l’information relative à notre candidature au titre du PDCI aux prochaines élections municipales à Lakota », avait fait savoir, le maire Samy Merhy, dans un communiqué pondu le week-end dernier, suite à la publication de la liste des candidats du Pdci-rda. Liste sur laquelle,  figurait clairement son nom. En réaction à ce démenti, le ministre Guikahué a conclu ce qui suit « le maire Samy Merry vient de nous démontrer qu’il voulait nous berner et qu’il n’allait jamais nous ramener la victoire et c’est dommage » s’est-il désolé.

Ajoutant qu’un candidat a été désigné en lieu et place du désistement du maire sortant de Lakota. Parlant du cas Kouassi Apollinaire, choix du PDCI à Didievi et qui a préféré céder son investiture du PDCI-RDA, au candidat du RHDP, Dr Brice Kouassi, le dauphin du président Bédié a fait savoir que le choix du parti s’est aussitôt porté sur un autre candidat à savoir le maire sortant de cette localité
Jean Kelly Kouassi (Stg)

 

http://www.linfodrome.com/vie-politique/41418-double-candidature-pdci-rhdp-guikahue-denonce-le-double-jeux-de-certains-candidats

e71bd3543867bab072a8496b85cfdd14_L.jpg
electionsci2016427 août 20187min487

Choix cornéliens, voyoucratie, indiscipline caractérisée, aveux le matin, désaveux le soir, rétractations par-ci, forcing par-là, pressions politiques et militaires, candidats qui se délient de leur engagement, ballets de protestations, rétropédalages des responsables politiques ne pouvant tenir leur parole…

Tout se mélange au Pdci et au Rhdp unifié, à deux jours de la fin des dépôts des dossiers de candidature à la Commission électorale indépendante (Cei). Le choix des candidats, au Pdci-Rda et au Rassemblement des Houphouetistes pour la démocratie et la paix ( Rhdp unifié ) est devenu problématique, au point de donner lieu, aujourd’hui, à un cafouillage monstre et à des discordances, au Pdci-Rda et au Rhdp unifié. Les choix divisent les militants, la confusion est totale et les dirigeants n’arrivent pas à imposer la discipline à leurs troupes qui en font à leur tête. D’où, le cafouillage et le désordre qui sont en train de mélanger les états-majors. A Lakota, après avoir choisi le maire sortant, Samy Mehry, la direction du Rdr a dû ravaler sa décision, à la suite d’une descente musclée sur le siège du parti, des partisans de Kouyaté Abdoulaye, chef de cabinet et député en exercice de ce parti. Il a opté pour le cumul des deux postes électifs du département. Le parti a cédé à ses desiderata. Sur le terrain, la tension est vive entre les militants et partisans des deux camps opposés. Le maire Samy Merhy, qui a pris acte du revirement de son parti, ira en « candidat indépendant », avons-nous appris.

A relire: Élections municipales et régionales/ Choix des candidats : De grosses surprises attendent Bédié et Ouattara

Un autre fait, qui sort des usages politiques, a été enregistré le 23 août 2018, dans la commune du Plateau. Fabrice Sawegnon, qui revendique urbi et orbi le soutien du couple présidentiel, s’est fait investir, à l’initiative personnelle de Séa Jean Honoré, Vice-gouverneur du District autonome d’Abidjan et surtout cadre du Rdr. Il était accompagné de Clément Adjouroufou, William Koffi, Koffi Kouassi Martin, maire honoraire de Kouassi-Kouassokro, Ahmed Diallo Mory ( Rdr), Diaby Oumar ( Mfa), Mme Marcelline Brou ( Pdci-rda) et un certain Al Moustapha. Ont-ils été officiellement mandaté par la direction du Rhdp unifié pour investir Fabrice Sawegnon comme « candidat du Rhdp » ? Rien n’est moins sûr. Néanmoins, dans un communiqué qu’il a rendu public hier 24 août 2018, Sawegon a marqué sa gratitude au chef de l’État.

« Le Rhdp, constitué, il y a un mois, m’a choisi pour défendre ses couleurs au Plateau à l’occasion des élections municipales d’octobre prochain … Je voudrais vous dire qu’en votre nom à tous, j’ai accepté avec humilité et fierté ce challenge… Je remercie le président du parti Rhdp unifié, Alassane Ouattara pour sa confiance », a dit le fondateur de Voodoo communication. Des revirements spectaculaires de la direction du Pdci-Rda ont été enregistrés dans le Cavally et le Gbêkè. Dans ces deux localités, Henri Konan Bédié, en personne, a désavoué le Secrétariat exécutif de son parti ainsi que le Secrétariat exécutif en charge des élections. Dans le cas du Cavally, après que Boé Sarr Évariste, président du Conseil régional sortant, eut été informé par Adiko Roland, de son choix par le Pdci, Désiré Gnonkonté, cadre du Pdci et prétendant au fauteuil régional, est monté au créneau. Il est allé plaider son cas auprès de Bédié. Hier après-midi, Bédié a mis face à face les deux camps opposés. Sa décision est attendue aujourd’hui. Pour ce qui est de la région du Gbèkè, le Pdci a décidé de retirer, sous Jean Kouassi Abonoua, le fauteuil régional, pour l’attribuer à Mangoua Jacques. Tollé général à Bouaké dans le camp des partisans de Jean Kouassi Abonoua, dont les partisans sont descendus sur le siège du Pdci-Rda. « Nous protestons contre des manœuvres que nous n’apprécions guère. Le Secrétaire exécutif chargé des élections, M. Adiko Roland, a appelé notre candidat pour lui dire qu’il bénéficie de l’investiture du parti. Ça été une grande joie. Le mercredi 22 août, il nous appelle pour dire que l’investiture lui a été retirée au profit de son adversaire, Amangoua Jacques. Il nous a dit que c’est le président Bédié. Pour quelle raison ? On n’en sait rien. Qu’est-ce qui a bien bien pu pousser à une telle décision ? » s’est emporté Konan Hubert, conduisant plus de 300 militants révoltés, venus de Bouaké, Botro, Sakassou et Béoumi, au siège du Pdci. Scenario identique dans les Grands Ponts où Gabriel Yacé, le président du Conseil régional sortant, au titre du Pdci, a été renversé au profit de Sess Essiagne Daniel. A Attecoubé, le Pdci a retiré sa confiance à Danho Paulin, maire sortant, misant sur Eho Djoman Claude. Ces faits et actes, aussi bien des militants que des responsables du Pdci et du Rhdp unifié, déconcertent en même temps qu’ils traduisent un vrai cafouillage au sein de ces deux formations politiques.

 

                                                       Armand B. DEPEYLA

1c53582abe4d44aea877d35c1974133b_L.jpg
electionsci2016424 août 20181min456

Les choses sont désormais claires concernant le candidat du RHDP pour l’élection municipale dans la commune du Plateau.

Ce qui était pressenti depuis quelques temps, est désormais réalité. Depuis ce jeudi 23 août 2018, le RHDP a fait le choix de celui qui portera ses couleurs lors des élections municipales du 13 Octobre 2018 dans la commune du Plateau.

A lire aussi:(Municipales 2018 au Plateau : « Tentative de passage en force d’un candidat au titre du RHDP », le Conseil politique invite à la vigilance)

Et ce choix s’est porté sur le PDG du groupe Voodoo. Fabrice Sawegnon est désormais le candidat du RHDP dans la commune du Plateau, a appris Linfodrome cet après midi auprès d’une source proche du RDR. La présentation officielle de Sawegnon en tant que candidat du Rassemblement des Houphouetistes pour la démocratie et la paix, devrait pouvoir se faire les heures qui suivent, confirme notre source. Nous y reviendrons.

David YALA

electionsci2016423 août 20183min619

Le scrutin couplé régional et communal du samedi 13 octobre 2018 fait la Une de la presse ivoirienne.

Les élections régionales et municipales du samedi 13 octobre 2018 polarisent l’attention de la presse ivoirienne, ce jeudi 23 août 2018. Pour le quotidien L’inter, ces élections mettront en exergue la bataille à distance entre partisans du parti unifié RHDP, et ceux qui y sont hostiles, notamment les militants du PDCI-RDA. Par ricochet, le chef de l’Etat, Alassane Ouattara, et le président du PDCI, Henri Konan Bédié. La Une du jour du confrère l’exprime éloquemment. «Régionales et municipales 2018, Bédié-Ouattara : Bataille à mort ». On peut lire dans les colonnes du confrère que « Les élections couplées du samedi 13 octobre 2018, si elles sont maintenues à cette date, donneront lieu à des confrontations sinon inédites du moins épiques. Principales raisons : Henri Konan Bédié, avec le Parti démocratique de Côte d’Ivoire (PDCI), a pris ses distances vis-à-vis du Rassemblement des houphouetistes pour la démocratie et la paix (RHDP), et a décidé de retrouver une totale autonomie ». Pour sa part, le quotidien Soir Info titre : « Situation politique en Côte d’Ivoire, de fortes pressions sur les cadres du PDCI ». Le confrère nous apprend que des ministres, notamment Albert François Amichia, maire de Treichville, ministre de la Ville, Aka Aouélé Eugène, Vice-président du PDCI, ministre de la Santé et l’hygiène publique, et Patrick Achi, Vice-président du PDCI, ministre secrétaire général de la présidence de la République, considérés comme des partisans du RHDP unifié, ont reçu le parrainage du PDCI, si l’on s’en tient à la première liste « des candidats parrainés par le PDCI-RDA », publiée par le Nouveau Réveil, dans le cadre des élections municipales et régionales du samedi 13 octobre 2018. Soir Info révèle que « Une source à la haute direction du PDCI soutient que c’est à leur demande que le parrainage leur a été accordé. Mais selon le confrère Fraternité Matin, quotidien pro-gouvernemental, le RHDP, le PDCI-RDA et le FPI n’ont pas encore déposé leurs listes.

 

Adolphe Angoua

11fc2b7ceb8e9e2859974d6e4038ccd7_L.jpg
electionsci2016416 août 20184min428

La Chambre Nationale des Rois et Chefs Traditionnels de Côte d’Ivoire (CNRCT-CI) se dit préoccupée par la situation sociopolitique en Côte d’Ivoire. C’est pourquoi, saluant la récente libération des prisonniers politiques de la crise postélectorale, les rois et chefs traditionnels plaident pour des élections apaisées et sans violence. Ci-dessous l’intégralité de la déclaration.

A l’occasion de la célébration du 58ième anniversaire de l’indépendance de la Côte d’Ivoire, Son Excellence Monsieur le Président de la République a pris des décisions allant dans le sens de la cohésion sociale. Il s’agit notamment de l’ordonnance portant amnistie en faveur de 800 de nos concitoyens et du réexamen de la composition de la Commission Electorale Indépendante (CEI).

La Chambre Nationale des Rois et Chefs Traditionnels remercie Son Excellence Monsieur le Président de la République pour ce geste hautement républicain et se réjouit de son discours éminemment responsable et rassembleur, allant dans le sens de la décrispation du climat socio-politique et de l’apaisement. Il s’agit là, à n’en point douter, d’une opportunité offerte à l’accélération du processus de Réconciliation Nationale et partant, du processus de développement multiforme de la Nation.

Aussi, la Chambre Nationale des Rois et Chefs Traditionnels saisit-elle cette occasion pour inviter encore une fois la classe politique ainsi que l’ensemble des Ivoiriens à œuvrer sans relâche pour la paix et la démocratie. Cela passe aussi par des élections paisibles et sans violence. La réussite sera au rendez-vous, lorsque tous les acteurs conviendront, avec foi et sincérité, que dans chaque obstacle qui survient, il existe toujours une opportunité pour aller de l’avant.

Nous, Rois et Chefs Traditionnels veilleront, pour notre part, à poursuivre ces efforts en faveur de la paix. Aussi, réaffirmons-nous notre engagement à remplir notre rôle traditionnel en rencontrant tous les acteurs politiques afin de nous assurer que la marche vers la démocratie et la réconciliation est irréversible.

En tout état de cause, il convient de ne jamais perdre de vue que le Peuple ivoirien a déjà payé lourdement le prix du sang dans le combat des partis politiques pour la conquête ou la conservation du pouvoir. Que toutes les péripéties de leurs luttes politiques actuelles préservent la quiétude de toutes les populations vivant en Côte d’Ivoire. Pour la Chambre Nationale des Rois et Chefs Traditionnels, le Président

TANOE Amon Paul Désiré

pix_1533722528e100208_1.jpg
electionsci201648 août 20188min648

Le chef central-

© koaci.com- Mercredi 8 Août 2018 -Deuxchefs Rechercher chefs du village deLakota Rechercher Lakota ont été suspendus pour « manquements grave », a annoncé chef du collectif deschefs Rechercher chefs du département de Lakota, par ailleurs membre de la Chambre des rois etchefs Rechercher chefs traditionnels de Côte d’Ivoire, Douto Nanebo Paul lors d’une rencontre avec la presse le week-end dernier.

« Nous sommes présents en ces lieux, pour dénoncer le comportement de deuxchefs Rechercher chefs de notre collectif qui, sans la caution du chef Douto Nanebo Paul sont allés tenir des propos qui nous engage tous. Ces deux chefs, Ledjou Gnakouri (canton Opareko) et Gnabolou Digbeu (canton Deboua) n’ont pas informé la chefferie centrale incarnée par le chef Douto Nanebo Paul pour aller se rependre dans les médias et les réseaux sociaux (…).» , a indiqué d’entrée le vice-président du collectif deschefs Rechercher chefs du département de Lakota, Rabe Gervais.
Visiblement très remonté contre ces deux chefs, le verdict n’a pas tardé : « Nous sommes là pour informer l’opinion, qu’à compter de ce jour, ces deuxchefs Rechercher chefs sont suspendus jusqu’à nouvel ordre. Ils peuvent gérer leurs villages respectifs mais ils ne doivent pas parler au nom du collectif… »

Selon le Rabe Gervais, les concernés ont perturbé la réunion que le chef a convoqué pour les entendre quant à leur comportement. A cette occasion, il leur a été signifié qu’ils étaient suspendus (…) Leschefs Rechercher chefs que nous sommes, nous ne nous immixons pas dans des décisions politiques », a-t-il indiqué.

« C’est méchant de vouloir diviser les Malinkés et les Dida. Tout ce qui a été dit par nos deux collègues est archi-faux et ne nous engage pas. Nous ne sommes mêlés ni de près, ni de loin à leur comportement. Je suis le chef du Loh-Djiboua. Ce n’est pas la première fois qu’un nordiste est candidat à Lakota. Diarra Pelkan a été maire, Yacouba Koné a été secrétaire général du Pdci à Lakota, l’actuel député, c’est l’honorableKouyaté Rechercher Kouyaté Abdoulaye (…). Il ne faut pas que certaines personnes s’amusent avec les populations de Lakota. La chefferie de Lakota, toute modestie mise à part, est une référence en Côte d’Ivoire. Dans cette salle, vous avez 59chefs Rechercher chefs sur 195 que compte notre département. Plusieurs, d’entre eux se sont excusés pour des raisons diverses… », a souligné pour sa part le chef du collectif Douto Nanebo Paul avant d’ajouter: « Ce qu’ils ont fait est un manquement grave. On sait tous, ce qui s’est passé dans notre pays. On ne peut pas accepter que quelqueschefs Rechercherchefs remuent le couteau dans la plaie. Ce qui nous fâche, c’est que convoqués pour être entendus, l’un des accusés après avoir reconnu les fait a soutenu que si c’était à refaire, il n’allait pas hésiter. D’ailleurs, ce matin, ils sont venus perturber notre réunion. Nous avons fait appel à la police pour imposer l’ordre… », a déploré le chef central.

En effet, dans les colonnes de sa parution du jeudi 2 août 2018, un quotidien local (Ndlr Soir Info), a rendu compte d’une manifestation à la rue Lepic, siège du Rassemblement Des Républicains(RDR) dechefs Rechercher chefs de villages deLakota Rechercher Lakota dénonçant le rejet de la candidature aux municipales de l’honorable Abdoulaye Kouyaté, député deLakota Rechercher Lakota par son parti (RDR) au profit du maire sortant Samy Merry.

. »..Ce n’est pas la première fois qu’un nordiste est candidat à Lakota. Diarra Pelkan a été maire, Yacouba Koné a été Secrétaire général du Pdci à Lakota. Ces jours-ci, des rumeurs circulent pour dire qu’un de nos cadres, en l’occurrenceKouyaté Rechercher Kouyaté Abdoulaye, avec qui nous sommes régulièrement, et qui développeLakota Rechercher Lakota en posant des actes concrets, ne peut pas être candidat parce qu’il est du Nord…”. Ce sont les propos du chef Ledjou Gnakouri qui ont provoqué le courroux de la chefferie centrale dudit département qualifiant sa démarche de “manquement grave” vu qu’il n’a pas été mandaté.

Donatien Kautcha, Abidjan

e355dffd7828b6814ba46e55a90606f5_L.jpg
electionsci2016424 juillet 20185min567

Le député Pdci-Rda de Koumassi, Claude Innocent Emolo, a officiellement annoncé sa candidature aux prochaines élections municipales dans sa commune. Il était face aux populations le dicmahe 22 juillet, à la Place Guéi Benoît, où il a animé son premier meeting de pré-campagne.

Son maitre mot, c’est le « changement ». « Changement pour redonner un nouveau visage à la commune de Koumassi ». Mais aussi changement avec « des hommes nouveaux », dans une « équipe nouvelle », avec une « vision nouvelle ». Ce sont les propos forts tenus par le député Pdci-Rda de Koumassi, Claude Innocent Emolo, qui était à la place Guéï Benoît de ladite commune où il a donné rendez-vous aux populations pour annoncer sa candidature aux prochaines élections municipales.

Après avoir déposé sa candidature pour le parrainage du Pdci-Rda dont il est membre du Bureau politique, l’honorable Emolo a décidé désormais d’investir pleinement le terrain. L’étape de Guéi Benoît, du quartier Baradji, non loin de la place Inch’Allah, aura été son premier meeting de pré-campagne animé le dimanche 22 juillet 2018 en présence de nombreux chefs coutumiers et religieux, qui se sont mobilisés pour apporter leur soutien à sa candidature. C’est à cette assistance que le député a annoncé son engagement avec des hommes nouveaux, « une équipe dynamique », a-t-il indiqué, qui est en train de se mettre en place pour apporter du bonheur aux siens.

Face à ce public honorable qui l’a accueilli, le candidat déclaré a annoncé la couleur. Il dit vouloir suivre les traces de l’ancien maire de la commune, Me Mondon Konan Julien, qui a marqué la commune de Koumassi de son empreinte. «C’est mon modèle politique. Il nous a montré qu’avec peu de chose, on peut réaliser de grande chose. Nous voulons faire comme Mondon Konan Julien», a-t-il déclaré.

Dans la foulée, l’honorable Elomo a partagé aux populations de Koumassi son projet qu’il a qualifié d’ambitieux pour leur permettra de sortir de la léthargie actuelle. «Il y a toujours quelques choses à faire et à Koumassi. Dans cette commune, particulièrement, il y a beaucoup à faire. Tout est prioritaire à Koumassi. Vous connaissez Koumassi, et comme vous me le demander, je dirai que ce qui n’a pas été fait, c’est ce que nous allons faire et qui va constituer le plus que nous allons apporter », a-t-il expliqué. «Les chantiers sont là, ils sont immenses, nombreux et je pense que ce n’est pas ce qui manque. Mais, au fur et à mesure, si vous nous suivez, vous découvrirez ce que nous voulons apporter, ce que le mot  »Plus » recouvre dans notre langage », a ajouté l’orateur.

Soulignant qu’il est fils de Koumassi, Emolo Claude affirme qu’il n’est pas le candidat d’un parti politique mais celui de la commune. «Je suis le candidat des habitants de Koumassi. Faîtes-moi triompher au soir du 13 octobre. Ne confiez pas votre destin à des personnes que vous n’avez jamais vues. L’argent ne doit pas conditionner votre choix », a indiqué le député qui a invité son auditoire à lui faire confiance en tant que leur fils, « accessible » et « disponible » pour son « village ». « Je suis dans mon village. Je vis dans mon village. Si je fais mal, vous savez où me trouver. Si je fais mal, c’est contre moi-même que je le fais. Donc, faites-mois confiance, car nous allons travailler ensemble vous et nous, pour bâtir ensemble notre cité. Vous verrez le mécanisme que nous allons mettre sur pied pour que ceci soit une réalité ».

Après cette première sortie, Emolo Claude annonce plusieurs rencontres avec les populations pour faire entendre son message. Car, le changement de la commune de Koumassi, a-t-il dit, lui tient à cœur.

F.D.B

06bcaee3275ae37fc0c9fc45691de8d5_L.jpg
electionsci2016429 juin 20186min691

Pour barrer la route à des candidatures indépendantes, le Rassemblement des républicains (Rdr) a fait signer un engagement à ses cadres qui aspirent à être candidats aux prochaines municipales. Chaque postulant doit s’engager à ne pas aller en indépendant si jamais le parti ne le retenait pas pour défendre les couleurs du Rdr. Candidat aux prochaines municipales dans la commune de Tengrela, l’huissier Soumaïla Koné, n’entend guère se soumettre à cette mesure de son parti. Il l’a fait clairement savoir au cours d’un point-presse animé à son cabinet à Yopougon, le mardi 26 juin 2018.

Bien qu’il ait signé le document contenant cette clause d’engagement au moment du dépôt de son dossier, Me Koné dit ne pas être lié par cette disposition. « En signant l’engagement du parti (interdiction faite aux postulants de se présenter en candidat indépendants s’ils ne sont pas retenus par le parti, ndlr), j’ai souligné que je le faisais, sous réserve que le candidat désigné soit Me Koné Soumaïla. En tant que juriste, j’ai perçu le non-dit de cette disposition qui tendait à nous piéger », relève cet huissier. Selon lui, il a déposé son dossier au niveau de la commission en charge des candidatures au niveau du Rdr, pour voir si le choix se fera avec objectivité. « Pour que les autres candidats puissent accepter de se soumettre à la discipline du parti, il eut fallu clarifier les critères de sélection. Ce qui n’est pas fait »dénonce ce Conseiller municipal, membre de l’équipe du maire sortant, Coulibaly Moussa dit « La Joie ». Qui renchérit: « En déposant mon dossier, je ne cherchais pas un logo mais je voulais éprouver l’objectivité de la commission en charge de trancher. Quoi qu’elle décide, je prendrai mes responsabilités ». Puis de renchérir: « Avec ou sans le logo du parti, nous sommes candidat. Par ailleurs, nous considérons que le logo du parti n’est pas au siège mais entre les mains des électeurs ».

A l’en croire, pas grand-chose n’est fait pour rapprocher les différents postulants. Faute de cela, il se dit fondé à aller jusqu’au bout. « On ne peut imposer une décision à quelqu’un qui a des ambitions pour sa région », martèle ce cadre du Rdr, originaire de Tengrela. Evoquant la situation qui prévaut dans sa commune, Me Koné indique que trois personnalités sont en compétition pour succéder au maire sortant : la député Mariam Traoré, le financier Bakari Ballo et lui-même. Il est revenu sur la cérémonie organisée par son adversaire Bakari Ballo dans la commune de Tengrela pendant le mois de ramadan dernier. « Ce qui s’est passé à Tengrela pendant le mois de ramadan (allusion à la cérémonie des pro-Ballo), ce sont des agitations. Elles ne nous intéressent pas. La force de chacun de nous sera connue sur le terrain », raille-t-il le camp Ballo. Et d’ajouter: « On se connaît à Tengrela: Bakari Ballo connaît mon poids, je connais son poids ». Au passage, il tacle Zoumana Kouma, une figure du Rdr bien connue dans la commune, qui était l’un des animateurs de la cérémonie en soutien à la candidature de Ballo. « Le vieux Zoumana Kouma ne détient pas le titre foncier de Tengrela », assène-t-il.

Par ailleurs, Me Koné n’apprécie pas que le maire sortant l’ait lâché pour Bakari Ballo, lui qui a été l’un des acteurs de son succès en 2013. « Quand j’ai eu les échos selon lesquels le maire sortant, Coulibaly Moussa « La Joie » ne voulait pas se représenter, étant de son bord, je l’ai informé que je me porte candidat à sa succession », explique-t-il. Puis d’ajouter: « A un moment donné, j’ai été approché par le maire sortant, qui m’a demandé si je peux m’entendre avec Ballo. Je lui ai répondu que Ballo ayant été notre adversaire aux dernières municipales, je ne pouvais pas le rejoindre. Je lui ai fait part de mon intention de garder intact le groupe qui l’a porté au pouvoir et dont j’étais un des acteurs actifs ». Le lâchage du maire sortant, soutient-t-il, est mal vécu par une frange de la population. « Le fait que le maire sortant ait basculé de l’autre côté a été comme un catalyseur pour moi. Les populations ont vu en cela une ingratitude à mon égard, moi qui ai contribué à le porter à la tête de la mairie », soutient l’huissier.

Assane NIADA

Pour barrer la route à des candidatures indépendantes, le Rassemblement des républicains (Rdr) a fait signer un engagement à ses cadres qui aspirent à être candidats aux prochaines municipales. Chaque postulant doit s’engager à ne pas aller en indépendant si jamais le parti ne le retenait pas pour défendre les couleurs du Rdr. Candidat aux prochaines municipales dans la commune de Tengrela, l’huissier Soumaïla Koné, n’entend guère se soumettre à cette mesure de son parti. Il l’a fait clairement savoir au cours d’un point-presse animé à son cabinet à Yopougon, le mardi 26 juin 2018.

Bien qu’il ait signé le document contenant cette clause d’engagement au moment du dépôt de son dossier, Me Koné dit ne pas être lié par cette disposition. « En signant l’engagement du parti (interdiction faite aux postulants de se présenter en candidat indépendants s’ils ne sont pas retenus par le parti, ndlr), j’ai souligné que je le faisais, sous réserve que le candidat désigné soit Me Koné Soumaïla. En tant que juriste, j’ai perçu le non-dit de cette disposition qui tendait à nous piéger », relève cet huissier. Selon lui, il a déposé son dossier au niveau de la commission en charge des candidatures au niveau du Rdr, pour voir si le choix se fera avec objectivité. « Pour que les autres candidats puissent accepter de se soumettre à la discipline du parti, il eut fallu clarifier les critères de sélection. Ce qui n’est pas fait »dénonce ce Conseiller municipal, membre de l’équipe du maire sortant, Coulibaly Moussa dit « La Joie ». Qui renchérit: « En déposant mon dossier, je ne cherchais pas un logo mais je voulais éprouver l’objectivité de la commission en charge de trancher. Quoi qu’elle décide, je prendrai mes responsabilités ». Puis de renchérir: « Avec ou sans le logo du parti, nous sommes candidat. Par ailleurs, nous considérons que le logo du parti n’est pas au siège mais entre les mains des électeurs ».

A l’en croire, pas grand-chose n’est fait pour rapprocher les différents postulants. Faute de cela, il se dit fondé à aller jusqu’au bout. « On ne peut imposer une décision à quelqu’un qui a des ambitions pour sa région », martèle ce cadre du Rdr, originaire de Tengrela. Evoquant la situation qui prévaut dans sa commune, Me Koné indique que trois personnalités sont en compétition pour succéder au maire sortant : la député Mariam Traoré, le financier Bakari Ballo et lui-même. Il est revenu sur la cérémonie organisée par son adversaire Bakari Ballo dans la commune de Tengrela pendant le mois de ramadan dernier. « Ce qui s’est passé à Tengrela pendant le mois de ramadan (allusion à la cérémonie des pro-Ballo), ce sont des agitations. Elles ne nous intéressent pas. La force de chacun de nous sera connue sur le terrain », raille-t-il le camp Ballo. Et d’ajouter: « On se connaît à Tengrela: Bakari Ballo connaît mon poids, je connais son poids ». Au passage, il tacle Zoumana Kouma, une figure du Rdr bien connue dans la commune, qui était l’un des animateurs de la cérémonie en soutien à la candidature de Ballo. « Le vieux Zoumana Kouma ne détient pas le titre foncier de Tengrela », assène-t-il.

Par ailleurs, Me Koné n’apprécie pas que le maire sortant l’ait lâché pour Bakari Ballo, lui qui a été l’un des acteurs de son succès en 2013. « Quand j’ai eu les échos selon lesquels le maire sortant, Coulibaly Moussa « La Joie » ne voulait pas se représenter, étant de son bord, je l’ai informé que je me porte candidat à sa succession », explique-t-il. Puis d’ajouter: « A un moment donné, j’ai été approché par le maire sortant, qui m’a demandé si je peux m’entendre avec Ballo. Je lui ai répondu que Ballo ayant été notre adversaire aux dernières municipales, je ne pouvais pas le rejoindre. Je lui ai fait part de mon intention de garder intact le groupe qui l’a porté au pouvoir et dont j’étais un des acteurs actifs ». Le lâchage du maire sortant, soutient-t-il, est mal vécu par une frange de la population. « Le fait que le maire sortant ait basculé de l’autre côté a été comme un catalyseur pour moi. Les populations ont vu en cela une ingratitude à mon égard, moi qui ai contribué à le porter à la tête de la mairie », soutient l’huissier.

Assane NIADA