Société Archives - Page 2 sur 58 - Elections.ci

pix_1547026358e093238_1.jpg
electionsci201649 janvier 20191min445
Baguettes de pain ce matin dans la vitrine d’une boulangerie de Yopougon (ph KOACI)
© koaci.com –Mercredi 09 Janvier 2019 – Avant et après les fêtes de fin d’année des rumeurs faisant état de l’augmentation de la baguette de pain sont relayées à Abidjan et à l’intérieur du pays.

Dans un communiqué lu, mardi, au Journal télévisé de la première chaîne de la Radiodiffusion Télévision Ivoirienne (RTI), le ministère du Commerce, de l’Industrie et de la Promotion des Petites et moyennes entreprises rassure les consommateurs que le prix de la baguette de pain est maintenu à 150 FCFA.

La tutelle conseille aux consommateurs de signaler les abus constatés dans leurs circonscriptions aux autorités.

Donatien Kautcha, Abidjan

d42d9b56af6fd6e8b69883aa19c02411_L.jpg
electionsci2016428 décembre 20183min450

Il y a du nouveau dans le contrôle des pièces de véhicules. Il s’agit  l’«Interdiction formelle faite aux conducteurs et à leurs équipages de descendre pour se faire contrôler », a annoncé le Tribunal militaire d’Abidjan (Tma) dans un communiqué transmis à L’inter.  Pour le Tma, la violation de ces consignes « constitue une infraction punie par le règlement en vigueur ».

 A ce jour, une soixantaine de conducteurs ont été interpellés en ce mois de décembre 2018 pour avoir violé ce règlement. Les conducteurs ont reçu, a cet effet, une formation dans le cadre cette campagne afin qu’ils soient des relais d’informations auprès de leurs confrères. Ces actions ont été initiées dans le cadre de la campagne de sensibilisation des automobilistes lancée par l’Unité de lutte contre le racket (Ulcr) est en campagne de sensibilisation des automobilistes depuis le 04 décembre 2018. La fin de cette opération est annoncée pour le 04 février 2019. Pour cette campagne, un accent est mis particulièrement sur la régularité, la conformité des documents afférents aux véhicules de tous types de transport mais aussi et surtout la probité des agents des forces de l’ordre. Le commissaire Oura Alain, commandant de cette unité s’est réjoui des avancées enregistrées dans la lutte contre le racket. Cependant, il a relevé quelques blocages qui minent l’environnement des affaires notamment dans le secteur routier. Le préjudice en terme de perte financière s’élève à plus de 84 milliards de Fcfa, qu’enregistre la Côte d’Ivoire chaque année, selon un rapport de la Banque mondiale. C’est pourquoi, l’impact de toutes ces actions doit se ressentir dans le comportement des usagers sur les routes ivoiriennes. L’Ulcr est en mission pour faire respecter les droits humains, en l’occurrence le droit pour tous les citoyens de circuler librement car cela demeure une préoccupation pour le gouvernement.

Marcelle AKA

710d09c5b374225a4d8875e28a812185_L.jpg
electionsci2016413 décembre 20184min424

Créer un cadre d’échange entre les acteurs clés de la gestion et du suivi des forêts pour affiner la méthodologie de cartographie des forêts à Haut Stock de Carbone (HCS), c’est l’objectif de l’atelier qui s’est tenu ce Jeudi 6 décembre 2018 au Secrétariat Exécutif Permanent de la REDD+ à Abidjan, avec les parties prenantes du projet.

L’approche Haut Stock de Carbone (HCS) constitue un outil pour la planification de l’aménagement du territoire qui prend en compte la capacité des forêts pour le stockage de carbone, la protection de la biodiversité, ainsi que les droits et moyens de subsistance des communautés locales. Elle contribuera à la mise en place d’une agriculture zéro déforestation car elle permet de différencier les terres dégradées, potentiellement propices à l’établissement de plantations et de cultures, des zones forestières nécessitant d’être protégées. Cette approche est constituée de 2 phases : la première consiste à identifier les zones de forêts en utilisant une combinaison d’images satellite et de données de terrain et la deuxième permet de faire les analyses pour identifier les forêts à haut stock de carbone selon la superficie, la forme et la connectivité des parcelles. L’approche a été testée dans la région de la Mé et la principale recommandation qui émane de cet atelier est d’adapter les paramètres de superficie et de connectivité en fonction du contexte de la Côte d’Ivoire.

Par ailleurs, les mêmes parties prenantes avaient eu une première séance de travail le Mercredi 26 Septembre 2018, dans les bureaux du Secrétariat Exécutif Permanent REDD+. Des techniques innovantes d’acquisition et de traitement des données satellites à partir du cloud y ont été présentées. Ces travaux s’inscrivent dans le cadre des activités du système national de surveillance des forêts, l’un des instruments de la REDD+. Une série d’ateliers visant à faire valider et adopter les méthodologies de Mesure, Notification et vérification des activités REDD+ sont prévues en Côte d’Ivoire avec l’appui de l’ONU REDD et de la Banque mondiale. Ils permettront aux professionnels du secteur de produire des résultats harmonisés et ainsi respecter les principes et exigences internationales en matière de REDD+ notamment la cohérence et la comparabilité des données. La prochaine étape consistera à réaliser la cartographie des forêts à Haut Stock de Carbone à l’échelle nationale.

Plusieurs experts nationaux, représentants les parties prenantes nationales impliquées dans les thématiques liées à la cartographie de l’occupation du sol ont pris part aux travaux. Il s’agit notamment des universités et centres de recherches (CURAT, IGT, CNF), l’Administration (Ministère des Eaux et Forêts, SODEFOR, OIPR), le BNETD et le CNTIG.

Avec Sercom REDD+

c173dcfdfadc43b2f25e200456e79dc2_L.jpg
electionsci2016413 décembre 20183min445

Le mardi 11 décembre 2018, deuxième jour du mouvement d’arrêt de travail de 5 jours qui paralyse l’enseignement primaire public, le mot d’ordre a été encore très suivi. Toutes les écoles primaires publiques sont restées fermées.

Au cours d’un échange téléphonique mardi, Bli Blé David, président de l’Intersyndicale de l’enseignement préscolaire et primaire public de Côte d’Ivoire (Isepp-Ci), faîtière regroupant 16 organisations syndicales, initiatrice du mot d’ordre de grève, a soutenu que l’école n’est pas une priorité pour les autorités du pays. Il a saisi l’occasion pour rappeler les revendications qui conduisent aujourd’hui à ce débrayage.

A relire: Grève des enseignants du préscolaire et primaire : Le Gouvernement Gon sous pression

« Nous ne voulons plus des cours de mercredi. Il n’y a pas de débat là-dessus. Nous réclamons également la finalisation du profil de carrière. Il y a des emplois d’inspecteurs qui ont été créés depuis 2009 et qui sont encore inoccupés. Il faut aussi valider l’emploi de l’administration scolaire et réformer l’emploi de conseiller pédagogique », a-t-il informé. A cela s’ajoute la revendication relative à l’organisation de concours exceptionnel de promotion pour les enseignants du primaire. « C’est juste une analyse de dossiers pour promouvoir les instituteurs », a-t-il noté.

L’autre point de revendication concerne les instituteurs adjoints. Pour Bli Blé David, la question des instituteurs adjoints, estimés à 30.000, doit être traitée en profondeur. La dernière revendication est en rapport avec l’indemnité contributive au logement que l’Isepp-Ci veut voir relever. « L’Etat lui-même nous a montré la voie. Il y a des professions aujourd’hui où l’Etat a amélioré l’indemnité de logement. Nous voulons qu’il en fasse de même pour nous parce que 40.000 Fcfa ne peut loger personne aujourd’hui », a-t-il confié.

Franck SOUHONE  

4df205cbd4edbb610218419eeb9a22b5_L.jpg
electionsci2016411 décembre 20184min481

L’Association syndicale des copropriétaires d’Abobo Sogefiha N’tanouan-Est (Ascas), présidée par Rigaud Paul, a pris d’importantes décisions, le samedi 8 décembre 2018, lors d’une Assemblée générale tenue au stade de la Sogefiha, concernant les nuisances générées par des bars et maquis aux abords et à l’intérieur de leur cité, ainsi que les constructions anarchiques sur les ouvrages de drainage des eaux pluviales.

‘’ Tous les bars et maquis, aux abords et à l’intérieur de notre cité, doivent utiliser les baffles de leurs différents appareils de sonorisation, à l’intérieur de leurs établissements; les sons produits ne doivent pas dépasser le seuil desdits établissements; ces dispositions sont valables tous les jours de 24h/24h; toutes ces dispositions entrent en vigueur, le 15 décembre 2018, au plus tard; passé ce délai, le bureau du conseil syndical sera chargé d’organiser toutes formes de protestation citoyenne (ndlr, sit-in), en vue du respect du droit inaliénable des populations à vivre dans un cadre apaisé; le bureau du conseil syndical est chargé d’informer les contrevenants et toutes les autorités, de toutes les décisions susmentionnées’’, ont pris comme résolution, les copropriétaires, relativement aux bars et maquis, en raison , en plus des nuisances sonores, des bagarres de personnes ivres ou droguées et autres pollutions de l’environnement.’’ La plupart de ces maquis et bars n’ont pas de toilettes. Donc leurs clients urinent ou défèquent dans la rue’’, a argumenté Rigaud Paul, à la presse.

A relire: Construction anarchique à Abidjan: Le ministre de la Construction fait arrêter plusieurs chantiers

L’autre résolution, pour prévenir les risques de catastrophe, en l’occurrence les inondations à l’image de celle du 5 novembre 2018, a trait aux constructions sur les ouvrages de drainage. Sur la question, les copropriétaires ont arrêté que tous les occupants illégaux des ouvrages de drainage des eaux pluviales les libèrent, impérativement, le 31 décembre 2018, au plus tard. ‘’ Le curage systématique de tous les caniveaux libérés est à la charge de ces occupants illégaux; passé ce délai, le bureau du conseil syndical sera chargé de procéder, sans autre forme de procès, à la démolition de toutes les constructions anarchiques bâties sur lesdits ouvrages ; le bureau du conseil syndical est chargé d’informer les contrevenants et autres autorités de toutes les décisions susmentionnées’’, ont-ils conclu.

 

Dominique FADEGNON

f8fcb1ef591c3f09e98629040a2aeb32_L.jpg
electionsci201645 décembre 20184min519

Faisant partie des pays comptant les taux de violences faites aux femmes les plus élévés, la Côte d’Ivoire ne compte pas rester inactive. Le gouvernement ivoirien entend mener des actions pour améliorer la situation du pays en la matière d’où les différents engagements pris.

Le principe d’égalité entre femmes et hommes est consacrée dans la Constitution ivoirienne. A l’issue de sa révision en novembre 2016, le texte fondamental, outre un préambule où la Côte d’Ivoire s’engage à promouvoir l’égalité entre les hommes et les femmes, consacre plus de 12 dispositions visant l’atteinte de la parité et l’autonomisation de la femme. La Côte d’Ivoire a adopté en 2014 une Stratégie nationale de lutte contre les violences basées sur le genre (Snvbg).

Tout ceci est le signe d’une volonté politique réaffirmée de la Côte d’Ivoire, dont le Chef d’état est devenu, en novembre 2017, le premier président d’Afrique francophone à adhérer au mouvement de solidarité HeForShe, initié le 23 janvier 2015 par les Nations Unies, piloté par ONU Femmes en vue de rassembler les hommes et les garçons dans la lutte en faveur de l’égalité des sexes et des droits des femmes. Un mouvement de solidarité pour une masculinité dite « positive » des hommes envers les femmes, visant à rassembler la moitié de l’humanité (hommes et garçons) en faveur de l’autre moitié, pour l’intérêt de tous.

Cependant, en dépit de performances économiques remarquables, la Côte d’Ivoire se trouve positionnée au 43ème rang sur 52 pays d’Afrique selon l’indice d’égalité du genre publié par la Bad en juillet 2015, à partir d’une évaluation réalisée selon 3 critères d’égalité (opportunités économiques, développement social, droit et institutions). Selon le Rapport Mondial sur le développement humain, publié par le PNUD en 2015, au niveau de l’inégalité du genre, la Côte d’Ivoire a perdu sept places, occupant le 151e rang mondial.

Concevoir les relations entre hommes et femmes cela permettra d’inverser cette tendance qui pèse sur la progression du pays vers l’émergence. La conception du pouvoir en tant que « avoir le pouvoir sur » doit être remplacée par le concept de « avoir le pouvoir de », c’est-à-dire le pouvoir en tant que compétences de l’individu ou de la collectivité. » Ce changement de paradigme, qui concerne les femmes, permettra de revisiter les normes sociales de domination masculine qui continuent de régir les rapports entre hommes  et femmes de Côte d’Ivoire, et fera baisser ces chiffres peu honorables des Vff en Côte d’Ivoire.

La Côte d’Ivoire s’est librement engagée à respecter les droits des femmes, l’a réaffirmé dans son texte fondamental à travers la Constitution révisée de 2016, a ratifié la quasi-totalité des conventions internationales et régionales y relatives. Elle doit l’acter, en le transposant dans ses dispositifs nationaux etc.
Source Onu- Femmes

3a1ff16f0bcc3288e0ae9eddcb6e513f_L.jpg
electionsci2016429 novembre 20183min461

Dans le cadre de la promotion de l’entrepreneuriat en Côte d’Ivoire, 10 000 jeunes ivoiriens seront bientôt formés à l’entrepreneuriat et au numérique. Cette initiative est de la Fondation Jeunesse Numérique (FJN), sous l’égide du Ministère de l’Économie Numérique et de la Poste. A cet effet, une campagne de lancement a eu lieu, le dimanche 25 novembre 2018 à Yamoussoukro.

 Avec pour thème « Transformer la jeunesse Ivoirienne en des entrepreneurs du numérique », une caravane de la jeunesse numérique a été lancée, le dimanche 25 novembre 2018 dans la capitale politique de la Côte d’Ivoire. Cette activité aura pour mission de former 10.000 jeunes ivoiriens au numérique et à l’entrepreneuriat.

En effet, consciente que ces deux facteurs très important dans le développement du pays, la Fondation Jeunesse Numérique (FJN) conduite par sa Directrice exécutive, Linda Nanan Vallée, a indiqué que cette caravane vise à former 10 000 jeunes ivoiriens des 31 régions de la Côte d’Ivoire. Elle permettra à ces jeunes de s’investir davantage à l’entrepreneuriat et aux métiers du numérique.

Parlant d’entrepreneuriat, ces 10 000 jeunes seront initiés et assistés dans la rédaction de leurs projets numériques par les instructeurs de la Fafede et de Baby Lab, partenaires techniques de ladite caravane. Aussi ils seront sensibilisés à l’approche EZF c’est à dire (Entreprendre à Zéro Franc- sans financement extérieur dans le numérique) du Dr Samuel Mathey.

« Ces bonnes stratégies devront démystifier le secteur du numérique (intelligence artificielle, boutique en ligne, big data, robotique…)  et hisser, la Côte d’Ivoire au rang de leaders du numérique au niveau Africain» ont laissé entendre les différents responsables.

La caravane sera par ailleurs meublée d’échanges, de conférences et d’ateliers..

Les prochaines étapes de la caravane sont prévues pour Abidjan avec plus de 2 200 jeunes, Dabou plus de 500 jeunes et Bouaké plus 1 500 jeunes et 150 jeunes au niveau de la région des lacs.

Mélèdje Tresore avec Sercom

55d391f4e5c63de7a5fd4a1040a67581_L.jpg
electionsci2016428 novembre 20185min512

Proposer une nouvelle façon de faire du drainage et de l’assainissement. C’est ce à quoi aspire la société Krah Africa.

Pour faire partager son idée et les avantages liés à celle-ci, les responsables de la structure ont organisé, le vendredi 16 novembre 2018, dans un hôtel à Marcoy, un atelier d’échanges. « Les solutions Krah Africa pour les projets de développement en Afrique », était le thème de cette rencontre initiée en collaboration avec le ministère de l’Assainissement et de la salubrité. Pour parler des enjeux de cet atelier, des experts se sont prononcés sur plusieurs thèmes dont la « Gestion durable des infrastructures pour l’assainissement et le drainage des eaux de tout genre » et la « Problématique des canalisations traditionnelles, retour sur expérience ». Des explications données par les experts, retenons que la bonne gestion des canalisations permet d’acheminer de l’eau potable aux populations, en toute quiètude.

A relire: Approvisionnement en eau potable d’Abidjan et de l’intérieur : Amedé Kouakou dévoile les priorités du gouvernement

A en croire Théophile Pitah de l’Office national d’eau potable (Onep), 50 % de la population parcourent 10 km par jour, pour se procurer de l’eau. Comme si cela ne suffisait pas, 380.000 personnes meurent chaque jour dans le monde, à cause de la carence en eau potable. La Côte d’Ivoire, dans un souci de permettre à sa population de disposer de cette denrée, a souligné l’expert de l’Onep, s’est lancée dans une politique de planification, en mettant en place trois (3) types d’ouvrages, à savoir : l’hydraulique villageoise, l’hydraulique améliorée et l’hydraulique urbaine. « Il s’agit pour les autorités, de permettre aux populations de disposer d’eau », a indiqué M. Pitah tout en précisant qu’Abidjan, la capitale économique, est entièrement alimentée par des forages.

Mieux, l’expert de l’Onep a expliqué que la mise en place d’un réseau, a favorisé la rupture de manque d’eau à Abidjan. Avec des réseaux réalisés au Sud de la capitale en passant par Bonoua, a-t-il indiqué, Abidjan est aujourd’hui à l’abri d’une pénurie d’eau. Car, la zone sud ne ‘’dispute’’ plus l’eau potable provenant du nord. L’expert de l’Onep a fait observer qu’Abidjan est la plus grosse consommatrice d’eau potable en Eburnie. Elle est également celle qui paie pour les consommateurs des villes de l’intérieur. C’est d’ailleurs pour cette raison, a confié M. Pitah, que le coût de l’eau est très faible à l’intérieur du pays.

A l’en croire, l’Etat fait des efforts pour que l’eau potable soit disponible partout en Côte d’Ivoire. Pour plus d’efficacité dans la distribution, et surtout pour lutter contre la fraude et les fuites au niveau des canalisations, les différents experts ont proposé la réponse Pehd et Pp. Une tuyauterie facile à entretenir du fait de sa flexibilité, de sa longue durée de vie, de la faiblesse du coût…Bien avant de montrer les caractéristiques des tuyaux Pehd et Pp, le président directeur général de ladite société, César Aka-Khié, a affirmé que l’atelier d’échanges vise à mettre à la disposition des acteurs du secteur, des canevas de solutions innovantes en matière de gestion durable de l’environnement, des inondations, des reseaux hydrauliques et d’assainissement. « (…). La population de l’Afrique de l’ouest a un taux d’accroissement de 7 % par an. Cette situation impose que des infrastructures complémentaires soient construites pour assainir les villes , drainer et canaliser les eaux pluviales, pour éviter tout risque d’inondation et autres », a suggéré le Pdg.

 

Elysée YAO

62a38f9882bdf883c359974649a29e46_L.jpg
electionsci2016427 novembre 20183min500

Les jumeaux et leurs mères sont dorénavant invités a quitter les rues pour s’adonner à de bonnes pratiques. Une nouvelle initiative de l’association « jumeaux et plus de Côte d’Ivoire». Ce nouveau challenge a été rendu publique lors d’une conférence tenue à la mairie d’Abobo, le samedi 24 novembre 2018.

 Désormais, plus de jumeaux mendiants assis les coins des rues, en compagnie de leur mère. C’est la nouvelle mission que s’est donnée l’Ong, dans la commune d’Abobo. Cette structure à but non lucratif a décidé de redonner à la commune, dont Ahmed Bakayoko est le nouveau maire, son lustre d’antant. Selon cette Ong, des jumeaux dans les rues avec leurs mères en train de s’adonner à l’aumône ternit l’image de la ville.

Ainsi pour ce nouveau challenge, l’Ong dénommée l’association jumeaux et plus de Côte d’Ivoire, a entamé avec sa campagne de sensibilisation tenue, d’une conférence publique, le samedi 24 novembre 2018 à la mairie d’Abobo.

Avec pour thème, « Le mythe des jumeaux: entre adoration et crainte». Trésor Jean Dépri, président de ladite association, a animé cette conférence publique. Il a évoqué à cet effet, la réduction des frais de scolarisation des jumeaux ou des triplés dans les lycées et collèges, la prise en charge des jumeaux et la mise en œuvre des activités génératrices de revenus pour une politique entrepreneuriale des mères des jumeaux. Aussi, les responsables de l’Ong ont recommandé l’implication des institutions étatiques et des organismes internationaux pour améliorer le bien-être de cette couche vulnérable de la population, rapporte  le quotidien ivoirien « Notre Voix».

Vivement que les parents de scs enfants prennent conscience et acceptent ce nouveau défi afin, de redorer le blason de la commune d’Abobo et toute la ville d’Abidjan.

Mélèdje Tresore

pix_1542795379e101619_1.jpg
electionsci2016421 novembre 20181min462

© koaci.com – Mercredi 21 Novembre 2018 – Un nouveausyndicat Rechercher syndicat a vu le jour mardi dans le secteur de la santé.

Il s’agit du le Mouvement des agents pour un système desanté Rechercher santé ivoirien performant (MASSIP).

Dirigé par Koulaï Mangni Valentin, le MASSIF veut mener le combat de l’unification de la corporation. Il prône l’ouverture à la société civile et la formation des agents en intervenant au niveau de la communauté, des agents desanté Rechercher santé et du gouvernement.

Lesyndicat Rechercher syndicat entend aussi réguler contribuer à la régulation de la corporation

Donatien Kautcha, Abidjan

© koaci.com – Mercredi 21 Novembre 2018 – Un nouveausyndicat Rechercher syndicat a vu le jour mardi dans le secteur de la santé.

Il s’agit du le Mouvement des agents pour un système desanté Rechercher santé ivoirien performant (MASSIP).

Dirigé par Koulaï Mangni Valentin, le MASSIF veut mener le combat de l’unification de la corporation. Il prône l’ouverture à la société civile et la formation des agents en intervenant au niveau de la communauté, des agents desanté Rechercher santé et du gouvernement.

Lesyndicat Rechercher syndicat entend aussi réguler contribuer à la régulation de la corporation

Donatien Kautcha, Abidjan