Actualités Archives - Elections.ci

candia.jpg
kabamoumouni29 janvier 202122min313

ELECTIONS LEGISLATIVES 2021: LISTE DES CANDIDATS ET SUPPLEANTS RHDP
BAFING
Koro
Touba
AGNEBY TIASSA
Agboville
Tiassalé

Régions Départements N°cir Nbre
siège DESIGNATIONS NOMS DES CANDIDATS TITULAIRES NOMS DES CANDIDATS SUPPLEANTS
014 1 BAYA, KASSERE ET SIEMPURGO, COMMUNES ET SOUS-PREFECTURES FONONAN COULIBALY OUATTARA BE
015 1 BOUNDIALI ET GANAONI, COMMUNES ET SOUS-PREFECTURES MARIATOU KONE GOUNOUGO TENENA
016 1 BLESSEGUE ET KOUTO, COMMUNES ET SOUS-PREFECTURES BRUNO NABAGNE KONE BAMBA DJAKARIDJA
017 1 GBON, KOLIA ET SIANHALA, COMMUNES ET SOUS-PREFECTURES TOURE ALPHA YAYA BALLO DRISSA
018 1 DEBETE, KANAKONO, PAPARA ET TENGRELA, COMMUNES ET SOUSPREFECTURES MARIAME TRAORE KONE MAMADOU
019 1 BOLI, DIDIEVI, MOLONOU-BLE ET TIE-N’DIEKRO, COMMUNES ET SOUS
PREFECTURES KOUASSI KOUAME BRICE YAO-BORHEY CASIMIR
N’DRI PHILIPPE KOUAKOU N’GUESSAN AMELIE
KOUADIO KOUAME DAVID ISSA SOUMAHORO
021 1 TOUMODI, COMMUNE NIAMIEN KONAN YAHAUT THEODORE KOKE DEMBELE
022 1 ANGODA, DJEKANOU, KPOUEBO, KOKUMBO, COMMUNES ET SOUSPREFECTURES, TOUMODI, SOUS-PREFECTURE GOUDOU COFFIE RAYMONDE BENDEY-DIBY N’GUESSAN VALENTIN
2
LOMOKANKRO, MOLONOU, TLEBISSOU ET YAKPABO-SAKASSOU, COM ET
SOUS-PREFECTURES
020
Kouto
BAGOUE
Boudiali
BELIER
Tiebissou
Toumodi

Régions Départements N°cir Nbre
siège DESIGNATIONS NOMS DES CANDIDATS TITULAIRES NOMS DES CANDIDATS SUPPLEANTS
023 1 BOUANDOUGOU ET TIENINGBOUE, COMMUNES ET SOUS-PREFECTURES BASSITIE KAMAGATE FOFANA MAMADOU
024 1 DIANRA ET DIARRA-VILLAGE, COMMUNES ET SOUS-PREFECTURES GNANGADJOMAN KONE ADAMA BAMBA
025 1 MANKONO, COMMUNES ET SOUS-PREFECTURE MOUSSA DOSSO DOSSO MEFA
026 1 MARANDALLAH ET SARHALA, COMMUNES ET SOUS-PREFECTURES DOGOSSATI BAKAYOKO KARAMOKO IBRAHIMA
027 1 KONGASSO ET KOUNAHIRI, COMMUNES ET SOUS-PREFECTURES BAMBA CHEICK LANCINA COULIBALY IBRAHIMA
KABA NIALE DAH SANSAN TILKOUETE
HIEN PHILIPPE KANGOUTE MAMADOU
029 1 ONDEFIDOUO ET YOUNDOUO, COMMUNES ET SOUS-PREFECTURES KAMBOU SIE HIEN DANIEL
030 1 DANOA, DOROPO, KALAMON ET NIAMOUE, COMMUNES ET SOUSPREFECTURES KAMBIRE SANSAN OUATTARA YAYA
031 1 BOGOFA, KAKPIN, KOUTOUBA, NASSIAN ET SOMINASSE, COMMUNES ET
SOUS-PREFECTURES KOUASSI KRA EUGENE KOUASSI KOUASSI NICOLAS
032 1 GOGO,TEHINI ET TOUGBO, COMMUNES ET SOUS-PREFECTURES OUATTARA OUMAR PALE SANSAN
OULAI ZAGNI MADELEINE ANZOUMANA BAKAYOKO
GNONSIAN AIME KAHI DEZON LEOPOLD
034 1 BEDY-GOAZON, KAADE ET NIZAHON, COMMUNES ET SOUS-PREFECTURES TIO LOUIS SERGES KAO BEDEL EMMANUEL
035 1 GUIGLO, COMMUNE GUY HERVE SERODE OUATTARA DOH MAMADOU
036 1 TAI ET ZAGNE, COMMUNES ET SOUS-PREFECTURES BAYALA HYPPOLITE DOH BRUCE
037 1 BAKOUBLI, MEO, NEZOBLY, PEHE, TIOBLY ET TOULEPLEU, COM ET SOUSPREFECTURES ANNE DESIREE OULOTO KAHIBA LAMBERT
BERE
Mankono
CAVALLY Guiglo
BOUNKANI
Bouna
028 2 BOUKO ET BOUNA, COMMUNES ET SOUS-PREFECTURES
033 2
BLOLEQUIN, DIBOKE, DOKE, TINHOU ET ZEAGLO, COMMUNES ET SOUSPREFECTURES
Blolequin

Régions Départements N°cir Nbre
siège DESIGNATIONS NOMS DES CANDIDATS TITULAIRES NOMS DES CANDIDATS SUPPLEANTS
KANDIA KAMISSOKO CAMARA
YEO KLOTCHOLOMA
BROU ADJOUA JEANNE PEUHMOND
BAMBA AMARA
OUATTARA BRAHIMA
LAGO GOUALY GUILLAUME VICTOR
TRAORE MAIMOUNA epse TOURE
ACKO SOPIE MADELEINE MARIE
SIDIBE DAOUDA
KONE HAMED
AKE BERNARD
ASSETOU KONE BENON
DIAWARA MAMADOU SAMAKE SIAKA
FARIKOU SOUMAHORO BIBA DIARRA
SIAKA OUATTARA DJOMAN CONSTANT YAPI
LANCINA KARAMOKO BINTOU KONE epse KONE
049 1 BINGERVILLE, COMMUNES ET SOUS-PREFECTURE DOUMBIA ISSOUF TOKA JEAN CLAUDE RENE
LAURENT TCHAGBA COULIBALY IDRISSA JACOB
DANHO PAULIN COULIBALY NAVOUNGOSORO
KOALLA CELESTIN BAMBA YACOUBA
NOEL AFFOUE DELPHINE GOURMANON MOYA SABINE
048 2 ANYAMA ET BROFODOUME, COMMUNES ET SOUS-PREFECTURES
2 COCODY, COMMUNE
2 ADJAME, COMMUNE
041
040 2 ATTECOUBE, COMMUNE
ABOBO
ADJAME
ANYAMA
038 6 ABOBO, COMMUNE
039
DISTRICT AUTO
ABIDJAN
ATTECOUBE
COCODY

Régions Départements N°cir Nbre
siège DESIGNATIONS NOMS DES CANDIDATS TITULAIRES NOMS DES CANDIDATS SUPPLEANTS
IBRAHIM CISSE OUATTARA ABOUDRAMANE KADER
TRAORE ADJARATOU KONE SIDI MOHAMED
SANGARE YACOUBA ATTA KOUADIO-BRA LEOPOLDINE
044 1 PLATEAU, COMMUNE OUATTARA DRAMANE FABRICE SAWEGNON
SIANDOU FOFANA KONATE IBRAHIM
YEO FOZIE MOTTO YAO ARMAND
046 1 TREICHVILLE, COMMUNE AMINATA KAMARA epse TOUNGARA SEBASTIEN KONAN KOLLIABO
MONNEY GEORGES YVES KONE AWA
CISSE TIEMOKO TANO YAO N’GUETTIA JONATHAN
KAFANA KONE COULIBALY ISSIFOU
IMBASSOU OUATTARA ABBAS ZOHORE MESMIN
YAYA DOUMBIA BAKAYOKO NOUHO
NASSALATOU DIABY TCHAN LOU TANAN FRANCOISE
DAOUDA COULIBALY ORA KONAN GILBERT
GUEU SOMALE ANGELE EHUI AGAUT MARTHE epse EDOUA KACOU
SONGON 050 1 SONGON, COMMUNES ET SOUS-PREFECTURE MAMBE BEUGRE ROBERT GBROU ALLOBOUE
047 6 YOPOUGON,COMMUNE
043 2 MARCORY, COMMUNE
2
KOUMASSI 042 3 KOUMASSI, COMMUNE
DISTRICT AUTO
ABIDJAN
PORT-BOUET
MARCORY
YOPOUGON
045 PORT-BOUET, COMMUNE

Régions Départements N°cir Nbre
siège DESIGNATIONS NOMS DES CANDIDATS TITULAIRES NOMS DES CANDIDATS SUPPLEANTS
051 1 ATTIEGOUAKRO ET LOLOBO, COMMUNES ET SOUS-PREFECTURES JUSTIN N’GORAN KOFFI KRA EUGENE
052 1 KOSSOU, COMMUNES ET SOUS-PREFECTURE, YAKRO, SOUSPREFECTURES
N’GORAN MARC KONAN KOUAME ELVIS KOUADIO
SOULEYMANE DIARRASSOUBA DIABATE MASSARA epse TOURE
AHUILI KOUASSI FRANCOIS NAYLOR YEO LACINA
AMADOU KONE
AFFOUE N’GUESSAN JACQUELINE FANTA OUATTARA
BEMA FOFANA MARIAME KONE
DAKOUYO PAUL SILUE PEGABILA
FATOUMATA TRAORE DIOP AKPE GUY KANGA RENE
N’GUESSAN JULES KOUASSI KOUASSI KOUAME JEAN JACQUES
062 1 DJEBONOUA, COMMUNES ET SOUS-PREFECTURE JEAN CLAUDE KOUASSI YAO KOUAME JOACHIM
058 1 BOTRO ET KROFOINSOU, COMMUNES ET SOUS-PREFECTURES YAO KOUASSI MAURICE AMANI AMENA EMMA epse BONI
059 1 DIABO ET LANGUIBONOU, COMMUNES ET SOUS-PREFECTURES ASSAHORE KONAN JACQUES KOFFI ADJOUA DOROTHEE
063 1 AYAOU-SRAN, DIBRI-ASRIKRO, SAKASSOU ET TOUMODI-SAKASSOU,
COMMUNES ET SOUS-PREFECTURES EMMANUEL AHOUTOU KOUADIO ALYKE-TITIEH NORBERT
SIDI TIEMOKO TOURE TRAORE YACOUBA
KOUASSI KOUADIO JEAN MARC KOUASSI AHOU DELPHINE
057 1 BODOKRO, LOLOBO ET N’GUESSANKRO, COMMUNES ET SOUS-PRE KOUAME ATTINGBRE SEKOU TOURE
061 2 BOUNDA, BROBO ET MAMINI, COMMUNES ET SOUS-PREFECTURES,
BOUAKE, SOUS-PRE
GBEKE 1 Bouaké 060 4 BOUAKE, VILLE
ANDO-KEKRENOU, BEOUMI ET KONDROBO, COMMUNES ET SEFECTURES
053 2 YAMOUSSOUKRO COMMUNE
DISTRICT AUTO DE
YAMOUSSOUKRO
Yamoussoukro
GBEKE 3 056 2
GBEKE 2
Bouaké S/P
Beoumi
Botro

Régions Départements N°cir Nbre
siège DESIGNATIONS NOMS DES CANDIDATS TITULAIRES NOMS DES CANDIDATS SUPPLEANTS
064 1 DAKPADOU ET SAGO, COMMUNES ET SOUS·PREFECTURES GNABLI PIERRE EMMANUEL OUATTARA DJAKARYA
065 1 GRIHIRI, LOBAKUYA, MEDON ET SASSANDRA, COMMUNES ET SOUSPREFECTURES FREGBO BASILE KABI SEAMA ROGER LOCOCO
066 1 DAHIRI, FRESCO ET GBAGBAM, COMMUNES ET SOUS-PREFECTURES LEGRE PHILIPPE DIDI BOGRO FIDEL
067 1 BAYOTA, DAHIEPA·KEHI, OURAGAHIO ET YOPOHUE, COMMUNES ET SOUSPREFECTURES
DJEDJE ILAHIRI ALCIDE KONE ISSA
068 1 DIGNAGO, GALEBOUO ET GUIBEROUA, COMMUNES ET SOUSPREFECTURES DOGO LOGBOH MYSS BELMONDE KOUAKOU KOUADIO
069 1 DOUGROUPALEGNOA, DOUKOUYO, GNAGBODOUGNOA ET SERIHIO,
COMMUNES ET SOUS-PREFECTURES, GAGNOA, SOUS-PREFECTURE DJEDJEGNE YRIDJE DIGBEU epse SEA KANGA N’GUESSAN LAMBERT
DIABATE ISSOUF BOYOU KOUEHI EMMANUEL
ZON CAMARA OUIDIE GNAKALE SAMUEL
071 1 DIEGONEFLA ET TONLA, COMMUNES ET SOUS-PREFECTURES KONAN JULIEN FOFANA ABOUDOU KARIM
072 1 GUEPAHOUO ET OUME, COMMUNES ET SOUS-PREFECTURES KOUAME AYA VIRGINIE epse TOURE KONE SOULEYMANE
2 GAGNOA, COMMUNE
GBÔKLE
Sassandra
GÔH
Gagnoa
Oumé
070

Régions Départements N°cir Nbre
siège DESIGNATIONS NOMS DES CANDIDATS TITULAIRES NOMS DES CANDIDATS SUPPLEANTS
MAIZAN KOFFI NOEL KOUADIO KRA CYRIAC
DIABAGATE MAMAH OUATTARA SOUADIKOU
OUATTARA SIAKA KOUAME PAUL
KRA KOUAME KOUMAN BAMBA YAYA
075 1 GOUMERE ET TABAGNE, COMMUNES ET SOUS-PREFECTURES KOSSONOU KOUASSI IGNACE MAIZAN KOUASSI FORI
076 1 SOROBANGO ET TAGADI, COMMUNES ET SOUS-PREFECTURES KOUASSI KOFFI KRA PAULIN AFFARI YAO MANOU
077 1 BOAHIA ET KOUASSI-DATEKRO, COMMUNES ET SOUS-PREFECTURES JEAN FRANCOIS SONAN ABOUDOU OUATTARA
078 1 KOKOMIAN, TANKESSE ET TIENKOIKRO, COMMUNES ET SOUS-PR HAIDARA SOILIO KOUABLAN ADJOUMANI RENE
079 1 KOUN-FAO, COMMUNES ET SOUS-PREFECTURE KOUAKOU KOUASSI JEAN-MARIE KOUADIO N’ZIAN
080 1 BANDAKAGNI-TOMORA, DIMANDOUGOU, SANDEGUE ET YOROBODI,
COMMUNES ET SOUS-PREFECTURES OUATTARA ABOUBAKAR OUATTARA MOHAMED
Tanda 081 1 AMANVI, DIAMBA, TANDA ET TCHEDIO, COMMUNES ET SOUS-PREF KOBENAN KOUASSI ADJOUMANI KOUANDA INOUSSOU
082 1 ASSUEFRY, KOUASSIA-NIAGUINI ET TRANSUA, COMMUNES ET SOUSPREFECTURES YOBOUA KOUABEAN CEVERIN KOUAKOU TANO FIDEL
ESSIS ESMEL EMMANUEL SIE RAOUL SYLVERE
ASSOI HONORINE ANE ASSALE EMMANUEL
084 1 AHOUANOU, BACANDA, EBONOU, GRAND-LAHOU ET TOUKOUZOU,
COMMUNES ET SOUS-PREFECTURES
THOMPSON EMMANUEL KONE DAOUDA
Jacqueville 085 1 ATOUTOU ET JACQUEVILLE, COMMUNES ET SOUS-PREFECTURES PIERRE YOUROUGOU GUIGUI KROTCHOU BARNABAS
Koun-fao
GONTOUGO
2
GRANDS PONTS
Dabou
Bondoukou 074 2
083 2 DABOU, LOPOU ET TOUPAH, COMMUNES ET SOUS-PREFECTURES
073 APPIMANDOUM, BONDOUKOU ET PINDA-BOROKO, COMMUNES ET SOUSPREFECTURES
BONDO, LAOUDI-BA, SAPLI-SEPINGO, TAOUDI ET YEZIMALA, COMMUNES
ET S-PREFECTURES

Régions Départements N°cir Nbre
siège DESIGNATIONS NOMS DES CANDIDATS TITULAIRES NOMS DES CANDIDATS SUPPLEANTS
086 1 BANGOLO, GOHOUO-ZAGNA, KAHIN-ZARABAON ET ZOU, COMMUNES ET
SOUS-PREFECTURES
TAILLY THIERRY HERMANE DIE SANHOUIDIE
087 1BEOUE-ZIBIAO, BLENIMEOUIN, DIEOUZON, GUINGLO-TAHOUAKE ET ZEO,
COMMUNES ET SOUS-PREFECTURES
POHE KOMONEKLE PATRICE GUELAHIBY JEAN PIERRE
088 1 BAGOHOUO, GBAPLEU ET GUEZON, COMMUNES ET SOUS-PREFECTURES DOUMBIA IBRAHIM GBAHI ROSINE RAISSA TAI
089 1 DUEKOUE, COMMUNE TOURE FLANIZARA TEMONAHE MARTIN
090 1DUEKOUE, SOUS-PREFECTURE ET GUEHIEBLY, COMS ET SOUSPREFECTURES
TAI GLAOU JEAN DOH MONEMON JEAN MARIUS
091 1 FACOBLY, GUEZON, KOUA, SEMIEN ET TIENY-SEABLY, COM ET S-P MEAMBLY TIE EVARISTE E. SEI PONTE MICHEL
092 1 KOUIBLY, NIDROU, OUYABLY-GNONDROU ET TOTRODROU, COMMUNES
ET SOUS-PREFECTURES
GUEHI LENOIN PATRICE SEH JOACHIM
093 1 BASSAWA, SATAMA-SOKORO ET SATAMA-SOKOURA, COMMUNES ET SPR COULIBALY ADAMA OUATTARA SANGA
094 1 DABAKALA, SOKALA-SOBARA, TENDENE-BAMBARASSO ET
YAOSSEDOUGOU, COMMUNES ET SOUS-PREFECTURES
COULIBALY ABOUBAKARY COULIBALY ADAMA
095 1 BONIEREDOUGOU ET FOUMBOLO, COMMUNES ET SOUS-PREFECTURES ALLY COULIBALY MACOURA COULIBALY epse DAO
Katiola 096 1 FRONAN, KATIOLA ET TIMBE, COMMUNES ET SOUS-PREFECTURES CAMARA THOMAS TOURE YAYA
097 1 ARIKOKAHA, NIAKARAMANDOUGOU ET TORTIYA, COMMUNES ET SOUSPR KONE CATHERINE COULIBALY KINAPINAN BLAISE
098 1 BABIKAHA, NIEDEKAHA ET TAFIRE, COMMUNES ET SOUS-PREFECTURES TOURE ABOU KONE KAFOLODJE AHOUA
Niakaramadougou
GUEMON
Bangolo
HAMBOL
Dabakala
Duékoué

Régions Départements N°cir Nbre
siège DESIGNATIONS NOMS DES CANDIDATS TITULAIRES NOMS DES CANDIDATS SUPPLEANTS
KONE ZANA MOUSSA INZA DIOMANDE
TIBOUE TCHIN MICHEL TRAORE WODIEME MOUSSA
MAMADOU TOURE MOHAMED COULIBALY
MATHIEU BABAUD DARRET AMARAL FOFANA
KARIDJA DIARRA BOLOU LILIANE
101 1 GBOGUHE ET ZAHIBO, COMMUNES ET SOUS-PREFECTURES OUATTARA BAKARY LOROUGNON HORE
KONE ISSIAKA BLE LAGOTCHE
TAZERE OLIBE CELESTINE FANNY MAMADOU
103 1 IBOGUHE ET NAMANE, COMMUNES ET SOUS-PREFECTURES DONWAHI CHARLES
104 1 NAHIO ET SAIOUA, COMMUNES ET SOUS-PREFECTURES BATTE CHRISTOPHE ALPHA SAKO
SANOGO OUMAR KONE MOUSSA
DRIGONE BI FAYA KOLAÏ ISSA
106 1 DANIA, COMMUNES ET SOUS-PREFECTURE VEDEA BLINKAN ELISABETH KOUASSI KOUASSI ISIDORE
107 1 SEITIFLA, COMMUNES ET SOUS-PREFECTURE KOE BI GORE KONAN KOUASSI MICHEL
108 1 DOMANGBEU, GREGBEU, GUESSABO ET ZOUKOUGBEU, COMS ET
SOUS·PRE ZERE YANLE N’DRI KRA LAURENT
DALOA, VILLE ET SOUS-PREFECTURE
102 2
HAUT-SASSANDRA
Vavoua
Issia
Daloa
BOGUEDIA, ISSIA ET TAPEGUIA, COMMUNES ET SOUS-PREFECTURES
105 2 BAZRA NATILS, DANANON, KETRO·BASSAM ET VAVOUA, COMMUNES ET
SOUS·PREFECTURES
099 2 BEDIALA, GADOUAN ET GONATE, COMMUNES ET SOUS-PREFECTURES
100 3

Régions Départements N°cir Nbre
siège DESIGNATIONS NOMS DES CANDIDATS TITULAIRES NOMS DES CANDIDATS SUPPLEANTS
109 1 AKPASSANOU, ANANDA ET OUELLE, COMMUNES ET SOUS-PRE KOUAKOU KOUASSI HUBERT DJAHA BOUSSOU NESTOR
110 1 DAOUKRO ET N’GATTAKRO, COMMUNES ET SOUS-PREFECTURES KONAN KOUASSI VENANCE EHOUET KOUME GERARD DOREVAL
112 1 BONGUERA, KONDOSSOU ET M’BAHIAKRO, COMMUNES ET S-PREFECTS KOUAME KONAN DIARRASSOUBA BALA
Prikro 113 1 ANIANOU, FAMIENKRO, KOFFI-AMONKRO, NAFANA ET PRIKRO,
COMMUNESETSOU~PREFECTURES
AWASSA ABDOUL RACID SIRIKI KOUAME BAKARY
114 1 ABENGOUROU, COMMUNE ADOM HERVE PATRICK TIA OUSMANE TOURE
KESSE KACOU JOSEPH ABADJINAN epse AHUI ADJO BERNADETTE
ASSIA KOFFI RENAUD BINDET AMOIKON
116 1 AGNIBILEKROU, COMMUNES ET SOUS-PREFECTURES TOUNGARA MAMADOU KOUABLAN AHUA
117 1 AKOBOISSUE ET DAME, DOUFFREBO ET TANGUELAN, COM ET SPREFECTURES ANGAMAN JEAN-BAPTISTE AHOUSSI COMOE CHARLES
118 1 BETTIE ET DIAMARAKRO, COMMUNES ET SOUS-PREFECTURES TANOH MANIZAN ETIENNE KONE KASSOUM DE SOUZA
119 1 GBONGAHA ET SEGUELON, COMMUNES ET SOUS-PREFECT KONATE VASSILIKI FOFANA ADAMA
120 1 FENGOLO, MADINANI ET N’GOLOBLASSO, COMMUNES ET SS-PR KARIDJA DOUMBIA TRAORE DRAMANE
121 1 BAKO, BOUGOUSSO ET DIOULATIEDOUGOU, COMMUNES ET SOUSPREFECTURES TRAORE ISSOUF DIARRA NA FANTA
122 1 GBELEBAN ET SEYDOUGOU, COMMUNES ET SOUS-PREFECTURES DOUMBIA ALASSANE FOFANA ABOUBACAR CHARAF
KAMARA ADAMA CISSE VACABA
TOURE YACOUBA TOURE NAMETA
124 1 KIMBIRILA-SUD, TIEME, SAMATIGUILA, ET SAMANGO, COMMUNES ET
SOUS-PREFECTURES, ODIENNE, SOUS PREFECTURE DIABY LANCINE DIARRASSOUBA BRAHIMA
054 1 GOULIA, TIENKO, MAHANDIANA-SOKOURANI ET KIMBIRILA-NORD,
COMMUNES ET SOUS-PREFECTURES SIDIBE BERRY KONE BAMORY
055 1 KANIASSO, MINIGNAN ET SOKORO, COMMUNES ET SOUS-PREFECTURES SIDIBE NOUMOURY CISSE MAMERY
AMEDE KOFFI KOUAKOU ALLANGBA MERMOZ
Abengourou
Daoukro
123 2
115 2
Agnibilekro
IFFOU
LÔH-DJIBOUA
Divo
KABADOUGOU
INDENIE-DJUABLIN
FOLON Kaniasso – Minignan
2
Odienné
125 ABENGOUROU, SOUS-PREFECTURE, AMELEKIA, ANIANSSUE,
EBILASSOKRO, NIABLE, YAKASSE-FEYASSE ET ZARANOU, COMMUNES ET
SOUS-PREFECTURES
CHIEPO, DIDOKO, NEBO ET OGOUDOU, COMMUNES ET SOUSPREFECTURES, DIVO, SOUS-PREFECTURE
ODIENNE , COMMUNE

Régions Départements N°cir Nbre
siège DESIGNATIONS NOMS DES CANDIDATS TITULAIRES NOMS DES CANDIDATS SUPPLEANTS
BOBI HELENE AMIAN ROSALIE
126 1 DIVO, COMMUNE FAMOUSSA COULIBALY ABLE DORCAS
127 1 HIRE ET ZEGO, COMMUNES ET SOUS-PREFECTURES GILBERT KACOU FRANCIS KONE ZIE MAMADOU
128 1 DAIRO-DIDIZO ET GUITRY, COMMUNES ET SOUS-PREFECTURES SYLVIE PATRICIA YAO KANTE LOSSENI
129 1 LAUZOUA ET YOCOBOUE, COMMUNES ET SOUS-PREFECTURES NADINE GNEBA DAPLEX SAMUEL
130 1 DJIDJI, GAGORE ET ZIKISSO, COMMUNES ET SOUS-PREFECTURES ABADI MIEZAN GBAKA SEVERIN
131 1 GOUDOUKO ET NIAMBEZARIA, COMMUNES ET SOUS-PREFECTURES MERHY SAMY TIEHI DIABY
132 1 LAKOTA, COMMUNES ET SOUS-PREFECTURES KOUYATE ABDOULAYE KONE AMIDOU
133 1 BEGBESSOU, N’DOUFFOUKANKRO ET TIBEITA, COMMUNES ET SOUSPREFECTURES, BOUAFLE, SOUS-PREFECTURE
TOUOUI BI IRIE ERNEST TIEKOURA AMENAN ELISE epse GUITAR
134 1 BOUAFLE, COMMUNE KONE ISSIAKA OUEDRAOGO IDRISSA
135 1 BONON ET ZAGUIETA, COMMUNES ET SOUS-PREFECTURES YACOUBA KONE BOLOU LOU BALAFE epse N’DRI
136 1 BAZRE ET KONONFLA, COMMUNES ET SOUS-PREFECTURES BEMA COULIBALY KODDI BI ZOBOU NORBERT
137 1 KOUETINFLA ET SINFRA, COMMUNES ET SOUS-PREFECTURES ZORO EPIPHANE BALLO SATI LOU GOLENAN MADELEINE
138 1 GOHITAFLA, IRIEFLA ET MAMINIGUI, COMMUNES ET SOUS-PREFECTURES YOUAN BI TRAZIE BERTRAND ATHANASE TRABY DIAN EMMANUEL
139 1 KANZRA, VOUEBOUFLA, ZANZRA, COMMUNES ET SOUS-PREFECTURES,
ZUENOULA, SOUS-PREFECTURE
SEHI BI KOUE ALPHONSE KRA BI YORO JEAN-PIERRE
140 1 ZUENOULA, COMMUNE SOULEYMANE KONE AMARA DIABATE
141 1 ADZOPE, COMMUNE ACHI PATRICK JEROME GBOCHO MONEY MARCEL
142 1 AGOU, BECEDI-BRIGNAN ET YAKASSE-ME, COMMUNES ET SPR AKE YAPO GERMAIN AGNAN VICTORINE ANGE DANIELLE
143 1 ADZOPE, SOUS-PREFECTURE, ANNEPE ET ASSIKOI, COMMUNES ET S-P ASSI BOTCHI ABEL ATSE JEAN CLAUDE
Guitry
ME
Adzopé
Bouaflé
MARAHOUE
Lakota
Zuenoula
Sinfra
LÔH-DJIBOUA
125 2 CHIEPO, DIDOKO, NEBO ET OGOUDOU, COMMUNES ET SOUSPREFECTURES, DIVO, SOUS-PREFECTURE

Régions Départements N°cir Nbre
siège DESIGNATIONS NOMS DES CANDIDATS TITULAIRES NOMS DES CANDIDATS SUPPLEANTS
144 1 AFFERY, COMMUNE ET SOUS-PREFECTURE ASSOI YAPOGA ALLE MATHIAS DAGUI PATERNE KAGOU GBODAUX
145 1 AKOUPE ET BECOUEFIN, COMMUNES ET SOUS-PREFECTURES ASSI JEAN LUC SANON KOFFI MARCEL
146 1 ABOISSO-COMOE, ALEPE, ALLOSSO, DANGUIRA ET OGHLWAPO,
COMMUNES ET SOUS-PREFECTURES
N’CHO CHRISTOPHE KOUADIO KOUASSI JUSTIN OKAINGUY
147 1 ABONGOUA, BIEBY ET YAKASSE-ATTOBROU, COMMUNES ET S-PRE SEKA SEKA JOSEPH ADEPO YAPO FRANCOIS
154 1 ARRAH, KOTOBI ET KREGBE, COMMUNES ET SOUS-PREFECTURES N’GUESSAN AHONDJON BROU ANOH epse GUIHI
157 1 BONGOUANOU, COMMUNE DR ASSOUGBA JACOB AMOIN ASSOUMY HAMIDOU
158 1 ANDE, ASSIE-KOUMASSI ET N’GUESSANKRO, COMMUNES ET SOUSPREFECTURES ET BONGOUANOU SOUS-PREFECTURE
TANO KOFFI BERTIN AHONDJON AKA
161 1 ANOUMABA ET TIEMELEKRO, COMMUNES ET SOUS-PREFECTURES YOUSSOUFTRAORE ASSANDE YAO BERNARD
162 1 ASSAHARA ET M’BATTO, COMMUNES ET SOUS-PREFECTURES KOFFI KOFFI KAN AMEDEE CLAVER KONE DRISSA
148 1 DABOUYO ET GUEYO, COMMUNES ET SOUS-PREFECTURES MARIE NOELLE DOGUI epse BARTHELEMY BRAHIMA COULIBALY
OUASSIA DESIREE DEBO GBEKE ARMEL
N’GUESSAN KONAN EDOUARD EPHREM ZEGBEU
YEPI GNONKONTE SENGHOR KOUAKOU KOFFI DIDIER
KONE TIEGBATO N’GORAN MAMADOU
151 1 GRAND-ZATIRY, COMMUNES ET SOUS-PREFECTURE EZAIE ZAKO OUPO COULIBALY ABDEL AZIZ MECHE
152 1 LILIYO ET OKROUYO, COMMUNES ET SOUS-PREFECTURES ZADOU GBAZA PERPETUE DOSSOGUI KONE
153 1 SOUBRE, COMMUNES ET SOUS-PREFECTURE KOUROUMA IBRAHIMA GUEHI OBROU EMMANUEL
Soubré
ME
Akoupé
Bongouanou
M’batto
MORONOU
NAWA Méagui 150 2
149 2 GNAMANGUI, MEAGUI ET OUPOYO, COMMUNES ET SS-PREFEC
BUYO ET DAPEOUA, COMMUNES ET SOUS-PREFECTURES

Régions Départements N°cir Nbre

siège DESIGNATIONS NOMS DES CANDIDATS TITULAIRES NOMS DES CANDIDATS SUPPLEANTS
159 1 ABIGUI, DIANGOKRO ET NOFOU, COMMUNES ET SOUS-PREFECTURES KOFFI EUGENE KOUASSI KOUAME
160 1 DIMBOKRO, COMMUNES ET SOUS-PREFECTURE YAO KOUADIO SERAPHIN DIABATE MORY
KOFFI N’GUESSAN LATAILLE TANO BROU JUSTE
KRAMO KOUASSI POKOU KOFFI
156 1 KOUASSI-KOUASSIKRO, COMMUNES ET SOUS-PREFECTURE TIHEA KOUASSI VENANCE KOKO N’GORAN THEOPHILE
163 1 BORON, DIKODOUGOU ET GUIEMBE, COMMUNES ET SOUS-PREFE COULIBALY ISSA SAMAGASSI SOULEYMANE
164 1 BOUGOU, KATOGO ET M’BENGUE, COMMUNES ET SOUS-PREFECTURES COULIBALY ALI KADER SILUE N’GOLO
165 1 KATIALI ET NIOFOIN, COMMUNES ET SOUS-PREFECTURES SORO FOBEH KANA YEO
166 1 DASSOUNGBOHO ET TIORONIARADOUGOU, COMMUNES ET SOUSPREFECTURES COULIBALY NIBE KOLO ISSA SORO DAOUDA
167 1 KARAKORO ET KOMBORODOUGOU, COMMUNES ET S-PREFECTURES TUO SERIBA YEO NAGNINETA
168 1 KANOROBA, NAFOUN ET SIRASSO, COMMUNES ET SOUS-PRECTURES SORO KANIGUI MAMADOU OUATTARA MAMADOU
169 1 KIEMOU ET NAPIE, COMMUNES ET SOUS-PREFECTURES SOULEYMANE SILUE KONE AMADOU
170 1 KOMBOLOKOURA, KONI ET LATAHA, COMMUNES ET SOUSPREFECTURES, KORHOGO SOUS-PREFECTURE COULIBALY AMADOU SORHO GOPE EMILE
MAMADOU SANGAFOWA COULIBALY COULIBALY LOGOZIE NAMONGO
OUATTARA LACINA YEO SIENTCHANWA JEAN CLAUDE
TIEGBANA dit MADJARA COULIBALY KONE FANTA Née CISSE
172 1 AGBOLODOUGOU, SEDIOGO ET SINEMATIALI, COMMUNES ET SOUSPREFECTURES SARASSORO GBOROTON FIDELE SORO SITAFA
155 2 BENGASSOU, BOCANDA, KOUADIOBLEKRO ET N’ZECREZESSOU,
COMMUNES ET SOUS-PREFECTURES
171 3 KORHOGO, VILLE
Korhogo
PORO
Bocanda
N’ZI
Dimbokro
Page 14 de 17
Régions Départements N°cir Nbre
siège DESIGNATIONS NOMS DES CANDIDATS TITULAIRES NOMS DES CANDIDATS SUPPLEANTS
KOUAME KOUASSI BERNARD OUATTARA ANZOUMANA
KE FRANCOIS COULIBALY ROKIA
174 1 DOGBO ET GRAND-BEREBY, COMMUNES ET SOUS-PREFECTURES GOSSO FRANCK GERARD NOUMOURY DOUMBIA
ANOBLE FELIX TOURE NATARINE
KPA TOWA MARTINE LAGO DECOSTER
176 1 DAPO-IBOKE, DJAMANDIOKE, OLODIO ET TABOU, COMMUNES ET S-PRE KLAIBE TCHIBIO JULIEN HIEKO GNIMY BLAISE
177 1 DJOUROUTOU ET GRABO, COMMUNES ET SOUS-PREFECTURES COULIBALY YAYA KASSARATE CHRISTIAN
178 1 ABOISSO, COMMUNE CISSE ABOUBAKARY MARCELIN ZINSOU
179 1 ABOISSO, SOUS-PREFECTURE, ADAOU, ADJOUAN, KOUAKRO ET MAFERE,
COMMUNES ET SOUS-PREFECTURES EUGENE AKA AOUELE KOUASSI NEE KASSI JOSEPHINE
180 1 AYAME, BIANOUAN ET YAOU, COMMUNES ET SOUS-PREFECTURES EHIMANCE SYLVAIN BOUBAKAR KONE
181 1 ADIAKE, ASSINIE-MAFIA ET ETUEBOUE, COMMUNES ET SOUS-PRE HIEN SIE YACOUBA KOUAO DADJI BLAISE
182 1 BONGO ET BONOUA, COMMUNES ET SOUS-PREFECTURES MIESSAN DANIEL AMYA JOSEPH
183 1 GRAND-BASSAM, COMMUNE ET SOUS-PREFECTURE COULIBALY SERIBA ECHUI AKA DESIRE
Tiapoum 184 1 NOE, NOUAMOU ET TIAPOUM, COMMUNES ET SOUS-PREFECTURES CAMARA BAKARY BENI BEKO ELIEVI EMMANUEL
Grand-Bassam
SUD-COMOE
Aboisso
Tabou
SAN PEDRO
San pedro
173 2 DOBA ET GABIADJI, COMMUNES ET SOUS-PREFECTURES, SAN PEDRO,
SOUS-PREFECTURE
175 2 SAN PEDRO, COMMUNE
Page 15 de 17
Régions Départements N°cir Nbre
siège DESIGNATIONS NOMS DES CANDIDATS TITULAIRES NOMS DES CANDIDATS SUPPLEANTS
OUATTARA ISSIAKA OUATTARA MAMADOU
DIOMANDE ABDOULAYE KARIM OUATTARA BALAGAZENI
BARRO MABIBA KONATE MANAZA
186 1 FERKESSEDOUGOU COMMUNE KONE LASSINA CARDOZI YEO DAOUDA
187 1 FERKESSEDOUGOU, SOUS PREFECTURE, KOUMBALA ET TOGONIERE, COM
ET S- SILUE GNEGNERI JACQUES KONE YENENIAKI DIEUDONNE
188 1 DIAWALA, NIELLE, ET TOUMOUKRO, COMMUNES ET SOUS-PREFECTURES SANOGO MAMADOU OUATTARA DRISSA
189 1 KAOUARA ET OUANGOLODOUGOU, COMMUNES ET SOUS-PREFECTURES TRAORE DRISSA KONE BIEMAN
190 1 BIANKOUMA, BLAPLEU, KPATA ET SANTA, COM ET SPREFECTURES DELY MAMADOU GUEI BLEU CELESTIN
191 1 GBANGBEGOUINE, GBONNE ET GOUINE, COMMUNES ET S-PREFECTURES BOMBLE ALEXANDRE GOUENIN LOUA ADONIS
192 1 SIPILOU ET YORODOUGOU, COMMUNES ET SOUS-PREFECTURES DIOMANDE GLAO POUSSI JEAN-PIERRE
DIETY FELIX DORE LASSINE
KPEA BOUABRE OCTAVE DOUA PHILBERT
194 1 MAHAPLEU ET ZONNEU, COMMUNES ET SOUS-PREFECTURES TIA SAHI NUNKANOU DIOMANDE NAMORY
195 1 BOGOUINE, LOGOUALE, YAPLEU ET ZIOGOUINE, COM ET SOUSPREFECTURES TOGBA NORBERT GUEU ALPHONSE
196 1 FAGNAMPLEU, GBANGBEGOUINE-YATI, PODIAGOUINE, SANDOUGOUSOBA, SANGOUINE ET ZAGOUE, COMMUNES ET SOUS-PREFECTURES,
MAN, S/PRE
SIKI BLON BLAISE DOUA BLONDE OBED
SIDIKI KONATE TOURE SEKOU
ALBERT FLINDE DIOMANDE KIA ROGER
198 1
BANNEU, TEAPLEU, YELLEU ET ZOUAN-HOUNIEN, COM ET SOUS
PREFECTURES GONTO PELAGIE MAMADOU SANOGO
199 1 BIN-HOUYE ET GOULALEU, COMMUNES ET SOUS-PREFECTURES MAHI CLARISSE GONGBE DOUO MACAIRE
Ouangolodougou
TCHOLOGO
Ferkessédougou
Kong 185 3 BILIMONO, KONG ET SIKOLO, COMMUNES ET SOUS-PREFECTURES
Zouan-Hounien
Man
197 2 MAN, COMMUNE
Danané
193 2 DALEU, DANANE, GBON-HOUYE, KOUAN-HOULE ET SEILEU, COM ET S/P
TONKPI
Biankouma
Page 16 de 17
Régions Départements N°cir Nbre
siège DESIGNATIONS NOMS DES CANDIDATS TITULAIRES NOMS DES CANDIDATS SUPPLEANTS
200 1 DJIBROSSO, FADIADOUGOU ET MORONDO, COM ET SOUS-PREFECTURES KONE ABOUBACAR SIDIKI KONE LAFE
201 1 KANI, COMMUNES ET SOUS-PREFECTURE MEITE BEN ABDOULAYE MEITE LASSANA
202 1BOBI-DIARABANA, COMMUNES ET SOUS-PRETURE, SEGUELA, SOUSPREFECTURES AMADOU SOUMAHORO DIOMANDE DRISSA VASSAMBA
203 1 SEGUELA, COMMUNE HAMED BAKAYOKO DIOMANDE MAMADOU
204 1 DUALLA ET MASSALA, COMMUNES ET SOUS-PREFECTURES DOSSO MAMADOU SOUMAHORO AMARA
205 1 KAMALO, SIFIE ET WOROFLA, COMMUNES ET SOUS-PREFECTURES MEITE ABOULAYE SERIFOU ADAMA MAMADOU-

affiex.jpg
kabamoumouni29 janvier 20215min86
© Koaci.com – vendredi 29 janvier 2021 – 08:56 

Et revoilà la guéguerre entre Pascal Affi N’Guessan et les pro-Gbagbo Ou Rien (GORS). Le premier cité accuse ses ex-camarades d’utiliser frauduleusement sigle et des symboles du Front Populaire Ivoirien (FPI), des candidats de la plateforme Ensemble Pour la Démocratie et la Souveraineté (EDS).

L’ancien premier Ministre a saisi la Commission électorale indépendante (CEI) pour protester selon lui contre ces comportements qu’ils qualifient d’attentatoires à la législation et aux usages électoraux.

« En votre qualité d’autorité administrative indépendante, chargée de l’organisation des élections législatives du 06 mars 2021, je me permets de prendre votre attache pour le compte du “FRONT POPULAIRE IVOIRIEN”, à l’effet de porter à votre connaissance et protester contre le comportement tendancieux de certains candidats aux dites élections, qui usent frauduleusement des couleurs, sigle, symbole et intitulé du front populaire ivoirien (FPI) », écrit-il dans sa note.

Pour le député de Bongouanou, une telle attitude contraste de façon flagrante avec la loyauté et l’élégance de la concurrence électorale et ne peut continuer à prospérer, au risque de semer le doute et la confusion chez les électeurs pendant le déroulement du scrutin.

Avant de rappeler que, l’article 26 du code électoral dispose sans aucune ambigüité selon les termes suivants : « L’utilisation combinée des trois couleurs du drapeau national est proscrite. Est également proscrite, l’utilisation des armoiries de la République ou de la Collectivité territoriale concernée par l’élection, sous quelque forme que ce soit. Plusieurs candidats ou listes de candidats d’une même circonscription électorale ne peuvent avoir ni le même intitulé, ni le même sigle, ni le même symbole, ni la même couleur sur le bulletin unique. »

« Dès lors que l’élection législative se déroule sur une circonscription unique qui est celle de l’ensemble du territoire ivoirien, il ne peut valablement être toléré que des candidats se réclamant de parti ou groupement politique différent du nôtre, puisse user des attributs du FPI », relève le protestataire.

En conséquence de ce qui précède, il demande à la CEI d’urger, conformément à ses attributions et missions fasse cesser pareils comportements attentatoires à la législation et aux usages électoraux.

L’unité au sein du FPI n’est pas pour demain…

Donatien Kautcha, Abidjan

katina.jpg
kabamoumouni29 janvier 20214min138
© Koaci.com – vendredi 29 janvier 2021 – 09:57 

Justin Katinan Koné en exil depuis avril 2011 est candidat à la députation dans la commune de Port Bouët sous la bannière de la plateforme, Ensemble pour la Démocratie et la Souveraineté (EDS).

Ses dossiers ont été déposés à la Commission Electorale Indépendante (CEI) en attendant son retour au pays annoncé dans les prochains jours.

L’institution en charge des élections publiera le dimanche 31 janvier 2021 la liste des candidatures retenues à son niveau avant de transférer les 1200 dossiers reçus au Conseil Constitutionnel qui aura le dernier mot.

Mais le cas de l’ex-Directeur du cadastre ivoirien est plus préoccupant. Les raisons, ce dernier comme son mentor Laurent Gbagbo a été condamné en janvier 2018 à 20 ans de prison, dans l’affaire du « braquage » de l’Agence nationale de la Banque Centrale des États de l’Afrique de l’Ouest (BCEAO) pendant la crise post-électorale ivoirienne de 2010-2011.

Et pourtant lors de la présidentielle de 2020, cette condamnation a été l’une de l’exclusion du candidat Laurent Gbagbo et son retrait de la liste électorale, comme stipule,  l’article 4 du code électoral.

Pour les législatives du 06 mars prochain , la CEI a exigé aux candidats de fournir un casier judiciaire devant prouver si, ils ont été une fois condamné par la justice.

Dans le cas de M. Katinan en exil depuis 10 ans, pour l’heure, nous ignorons si la justice a délivré un casier judiciaire à son conseil.

Le cadre du FPI devra attendre dimanche prochain pour savoir si la CEI, va retenir sa candidature. Dans le cas contraire, il pourra saisir les juridictions compétentes.

Pour rappel, Gilbert Aké N’Gbo et Désiré Dallo, également condamnés dans l’affaire dite de la casse de la BCEAO à 20 ans de prison et 329 milliards FCFA d’amende n’ont pas été placés sous mandat de dépôt. Ils vaquent à leurs occupations quotidiennes loin du vacarme politique.

Donatien Kautcha, Abidjan

fem-soro.jpg
kabamoumouni29 janvier 20212min80

© Koaci.com – mercredi 27 janvier 2021 – 13:00

 

 

Les femmes membres du Groupement et Peuples Solidaires (GPS) mouvement proche de Guillaume Soro ont été remises en liberté ce mercredi 27 janvier 2021.

 

Anne-Marie Bonifon, Namizata Koné dite Amy Diaga et Kouigninon Irène Pan épouse Todé, Henriette Sonnebo Guéï ont été arrêtées le 13 août 2020 dans la commune de Cocody, lors d’une manifestation contre la candidature du chef de l’Etat sortant, Alassane Ouattara.

 

Après cinq (05) mois de détention à la Maison d’Arrêt et de Correction d’Abidjan (MACA) , elles ont été présentées ce jour devant un juge d’instruction au palais de justice du Plateau , elles ont été libérées sans conditions , apprend-on.

 

A deux mois des législatives, c’est un acte de décrispation  politique que vient de poser le pouvoir en place.

 

Donatien Kautcha, Abidjan

Marcel-Amon-Tanoh-annonce-sa-candidature-au-Pullman-dAbidjan-le-22-juillet-2020.jpg
kabamoumouni25 janvier 20213min56
© Koaci.com – lundi 25 janvier 2021 – 08:30 

Amon-Tanoh tout feu tout flamme contre Ouattara le 10 octobre dernier à Abidjan

Nouveaux temps, nouvelles postures. Après l’échec de la tentative de coup d’Etat institutionnel de l’opposition pour renverser Alassane Ouattara en octobre dernier, le tout feu tout flamme d’alors Marcel Amon Tanoh change de ton.

Désormais sans poste, le ministre démissionnaire qui le 10 octobre dernier scandait être prêt à mourir pour chasser Alassane Ouattara du pouvoir après avoir rejoint la charrette de l’opposition, lui présente désormais ses excuses.

Marcel Amon Tanoh : « J’ai conscience d’avoir profondément heurté le chef de l’Etat, à qui je tiens à présenter publiquement mes sincères excuses, et à exprimer mes regrets aux ivoiriens. »

Deux thèses sur le comportement soudain de Marcel Amon Tanoh ont été privilégiées par les observateurs. La première dans le sens d’un individu « se croyant » avoir un destin national qui n’avait pas supporté le fait de n’avoir alors été choisi pour succéder à Ouattara.

L’autre, celle d’un homme missionné pour pénétrer l’opposition.

Amy Touré

cardinal.jpg
kabamoumouni25 janvier 20215min52
© Koaci.com – lundi 25 janvier 2021 – 10:04 

Cardinal Kutwa

L’Église Catholique a célébré le week-end dernier ses 125 ans d’existence en Côte d’Ivoire à la paroisse Saint Esprit de Mokeyville de Grand Bassam.

Une occasion pour l’archevêque d’Abidjan Jean-Pierre Cardinal Kutwa, de livrer un message aux ivoiriens.

L’actualité socio-politique a été au menu de son discours. L’homme de Dieu est revenu sur les violences constatées lors de période électorale en 2020 et d’interroger comment nous en sommes arrivés là.

« Le tissu social est tel que nous nous demandons bien comment nous avons pu en arriver là et comment nous avons pu accepter ces agissements sans que notre foi au Christ puisse prendre le dessus et nous ramener à des proportions non pas acceptables, mais chrétiennes. De plus en plus, le constat est à la fois triste et amer : des amis hier sont devenus des ennemis jurés aujourd’hui. Quant aux relations interpersonnelles, elles nous donnent l’impression d’être cousues de fils de méfiance, de suspicion, de mensonge.

Plus grave, des chrétiens qui ne se parlent plus pour des raisons politiques mais qui continuent de communier au même corps et au même sang de Celui dont ils se réclament, voici le triste tableau que nous offrons à la contemplation de nos concitoyens. Comment n’avons-nous pas compris que les violences verbales et physiques, les destructions de biens, les morts d’hommes, les intimidations de tout genre, sont autant de maux qui portent en eux, le venin de la division qui engendre la mort ! », a indiqué le cardinal.

Poursuivant, il a relevé quand surviennent des heurts, la réconciliation devient un impératif pour tous et d’ajouter.

« Seule une authentique réconciliation engendre une paix durable dans la société…. Après un conflit, la réconciliation souvent menée et accomplie dans le silence et la discrétion restaure l’union des cœurs et la coexistence sereine. Grâce à elle, après de longues périodes de guerre, des nations retrouvent la paix, des sociétés profondément blessées par la guerre civile ou le génocide reconstruisent leur unité. C’est en donnant et en accueillant le pardon que les mémoires blessées des personnes ou des communautés ont pu guérir et que des familles jadis divisées ont retrouvé l’harmonie. La réconciliation surmonte les crises, restaure la dignité des personnes et ouvre la voie au développement et à la paix durable entre les peuples à tous les niveaux », a fait savoir le premier responsable des chrétiens catholiques.

L’archevêque d’Abidjan rêve d’une Côte d’Ivoire où désormais amour et vérité se rencontrent, où justice et paix s’embrassent et où la vérité germe du cœur de tous ses habitants pour que du Ciel se penche sur la justice de Dieu.

« Oui cela est possible si nous considérons que tous, à l’image des disciples de l’évangile, nous sommes appelés par le Christ afin d’œuvrer à l’avènement de l’ivoirien nouveau, celui qui vit et aime car comme vous le savez, aucune société, même développée, ne peut se passer du service fraternel animé par l’amour », a souligné Monseigneur Kutwa.

Donatien Kautcha, Abidjan

ens.jpg

kabamoumouni25 janvier 202110min47
© Koaci.com – lundi 25 janvier 2021 – 09:47 

Dr Rabé Charles présentant son quatrième essai politique à Korhogo (ph KOACI) 

Enseignant-Chercheur à l’université Peleforo Gon Coulibaly (Korhogo), Écrivain et Président de UACI, Docteur Charles Rabé est l’auteur d’un essai politique:  » Côte d’Ivoire: Rompre le joug du Système de la Politique Triangulaire « . Un livre de 206 pages où l’homme politique, après avoir démontré que les Présidents Bédié, Gbagbo et Ouattara constituent les trois sommets d’un système politique unique et défaillant, fait rêver d’une Côte d’Ivoire transformée en Nation. Entretien

KOACI : Bonjour docteur Rabé et merci de nous accorder cet entretien. Dîtes-nous vous êtes à votre combientième de livres à ce jour ?

Dr Rabé : Cet essai politique est mon quatrième livre.

KOACI : Qu’elles sont les thématiques abordées et pourquoi?

Dr Rabé : Mes écrits convoquent les thèmes de la religion, de la politique,de la guerre, de la paix, de la santé…Je me veux humaniste. Et tous ces sujets plantent l’homme au coeur de la réflexion. L’homme,c’est le suprême tout, et toute ma réflexion consiste à faire de l’homme la valeur supérieure.

KOACI : En plus de votre profession, vous vous inscrivez de fort belle manière comme écrivain, n’est ce pas un poids sur vos épaules ?

Dr Rabé : Un poids? non, pas du tout. Enseigner est pour moi un plaisir. Écrire est un délice. Ces deux activités sont pour moi complémentaires. Plus j’enseigne, mieux j’écris. Et plus j’écris, mieux j’enseigne. Chez moi, l’enseignement et l’écriture se compénètrent.

KOACI : Pourquoi cette envie d’écrire des livres ?

Dr Rabé : Cette envie d’écrire pour dialoguer avec le monde au sujet du monde, pour pincer la conscience collective, pour ne pas me taire là où je ne peux pas et ne dois pas me taire. Écrire un livre, c’est laisser des traces. Écrire des livres, c’est percer le temps. Écrire des livres, c’est apprendre à vivre et aider à apprendre à vivre.

KOACI : Pour cet ouvrage, le dernier pour l’heure, le titre Côte d’Ivoire : Rompre le joug du Système de la Politique Triangulaire, expliquez vos motivations sur cette thématique.

Dr Rabé : Cet ouvrage constate avec tristesse que depuis bientôt trente ans, sous l’empire d’un système politique essentiellement animé par les Présidents Henri Konan Bédié, Laurent Gbagbo et Alassane Ouattara, les Ivoiriens sont foncièrement divisés et cette fracture sociale prend des proportions de plus en plus inquiétantes.

Le Forum pour la réconciliation nationale, les différents ministères de la réconciliation nationale, les actions des Rois et Chefs traditionnels n’y ont rien pu et n’y peuvent rien tant que tout le système politique lui-même demeure. J’ai qualifié ce système politique de triangulaire en raison des trois hommes qui l’animent (ils sont les trois sommets du triangles) et de ses effets désastreux qui rappellent étrangement ceux du commerce triangulaire. Au cours de ces trois décennies, nos trois Présidents ont tissé des alliances qui, au lieu de servir des desseins démocratiques, électoraux et gouvernementaux pour le bonheur du peuple ivoirien dans sa totalité, ont plutôt nourri des causes individuelles, ont constitué l’antichambre de l’expression de la haine et de la vengeance de deux leaders contre un autre (celui qui est au pouvoir).

Nos trois Présidents ont imprimé, individuellement et collectivement, un faciès singulier à l’image politique de la Côte d’Ivoire. Image cousue de compromissions, de trahisons mutuelles, de crises, de haine tribale et ethnique, de peur, de méfiance et de violences. Les Présidents Bédié, Gbagbo et Ouattara sont Un en réalité, trois animateurs d’un même système politique dont la conséquence majeure est de n’avoir pas réussi à faire de la Côte d’Ivoire une Nation. Finalement, je veux que les Ivoiriens comprennent que l’union véritable et la transformation de la Côte d’Ivoire en une Nation, ne sauraient se réussir sous ce système politique qui n’a que trop montré ses limites de ce point de vue. Mon livre indique donc la voie nouvelle.

KOACI : Qu’elles sont alors vos

attentes vis à vis des hommes politiques et la population ivoirienne ?

Dr Rabé : Je souhaite que tous, politique et population, nous marquions une pause dans notre marche, que nous déposions pour un temps la passion pour des hommes afin de revêtir la passion pour la Côte d’Ivoire, que nous changions nos lunettes, et que par la réflexion et l’action communes, nous conférions une nouvelle morphologie politique à notre pays afin qi’il devienne dans 10 ou 15 ans, une véritable Nation.

KOACI : Au terme de notre entretien, que pouvez vous ajouter comme dernier mot ?

Dr Rabé : Je remercie votre média KOACI pour cette opportunité qui m’a été offerte et j’invite tous les Ivoiriens à lire mon oeuvre, cet essai politique, et à en apprécier l’objectivité des analyses et des vues. Ce sera déjà un pas des Ivoiriens vers eux-mêmes, c’est à dire vers l’union des Ivoiriens autour de la Côte d’Ivoire.

Réalisé par T.K.Emile, Bouaké

tkemile@koaci.com

yode-siro.png
kabamoumouni21 janvier 20213min61

Duo emblématique de la scène zouglou, les deux artistes ont été condamnés en décembre 2020 à un an de prison avec sursis pour avoir accusé le procureur de la République de partialité. Siro, qui parle au nom du duo, revient sur ces démêlés judiciaires, sans rien perdre de son irrévérence.

Dally Djédjé et Sylvain Aba, plus connus sous leurs noms d’artistes Yodé et Siro, s’apprêtent à célébrer leurs 25 ans de carrière. Dans un contexte particulier : début décembre, ils ont été condamnés à un an de prison avec sursis et à une amende de 5 millions de francs CFA pour « outrage à magistrat ».

En cause, des propos tenus lors d’un concert donné dans un maquis de Yopougon, à la fin de novembre, alors que les violences pré- et postélectorales avaient déjà fait 87 morts et une centaine de blessés. Ce soir-là, devant une foule compacte, en plein milieu du titre « On dit quoi », un morceau qui interpelle directement Alassane Ouattara, le duo marque une pause. Les musiciens baissent le volume, et Siro lance : « Le procureur, il n’est plus procureur, il est procureur d’un seul camp. C’est quel pays, là ? Allez dire au procureur Adou Richard, allez lui dire qu’un mort c’est un mort. »

Un mois plus tard, le duo n’a rien perdu de son impertinence. Samedi 9 janvier, alors que les deux artistes s’apprêtaient à monter sur la scène installée sur la place Jean-Paul-II, à Yamoussoukro, Siro a pris le temps de revenir pour Jeune Afrique sur l’affaire au centre de laquelle il s’est retrouvé avec son compère Yodé.

Ironie du sort, le duo donne ce jour-là un concert gratuit à l’endroit même où, en septembre dernier, ils avaient joué lors de la cérémonie d’investiture d’Henri Konan Bédié comme candidat du Parti démocratique de Côte d’Ivoire (PDCI). Mais Siro, qui a pris la parole au nom du duo (Yodé acquiesçant à ses côtés à ses propos), n’en refuse pas moins avec force l’étiquette « d’artiste de l’opposition » et rappelle au passage que leurs morceaux ont aussi, il y a plusieurs années, résonné dans les meetings d’Alassane Ouattara.

www.jeuneafrique.com

gbag.jpg
kabamoumouni21 janvier 20214min60
Par Ivoirebusiness – Scandale. Alassane Ouattara voudrait assigner Laurent Gbagbo à résidence privée à Mama à son retour en Côte d’Ivoire.
Le président Laurent Gbagbo à son retour en Côte d »Ivoire après une visite à l’étranger. Image d’archives.

Selon des informations dignes de foi, Alassane Ouattara qui brigue en toute illégalité un 3e mandat anticonstitutionnel sans avoir été élu par le peuple de Côte d’Ivoire, voudrait assigner le président Laurent Gbagbo à résidence privée dans son village natal de Mama (Gagnoa) à son retour en Côte d’Ivoire, et lui interdire tout déplacement notamment à Abidjan, la capitale où pourtant vivent son épouse Simone Gbagbo et ses enfants.

Ce serait selon nos sources, la condition qu’il pose à son retour en Côte d’Ivoire.

Autre condition qu’il pose serait de lui interdire de faire de la politique une fois rentré, autrement dit le contraindre à une retraite politique anticipée.

En contre-partie, il abandonnerait sa condamnation à 20 ans de prison dans l’affaire du casse de la BCEAO par la justice ivoirienne sans même avoir été convoqué au procès.
Son premier ministre Hamed Bakayoko était porteur de ces propositions indécentes lors de sa recente visite privée en France où il s’est entretenu au téléphone avec Laurent Gbagbo, selon nos informations.

Il lui aurait même proposé d’appeler Alassane Ouattara comme signe de dégel politique entre les deux hommes.
Refus catégorique du président du front populaire ivoirien sur toute la ligne.

Laurent Gbagbo aurait tenu un langage de fermeté à son interlocuteur, lui faisant savoir que jamais il ne marchanderait sa liberté et son retour en Côte d’Ivoire son pays natal, ce qui est un droit et non une quelconque faveur de qui que ce soit.

Concernant sa condamnation à 20 ans de prison en Côte d’Ivoire, il l’a rejetée catégoriquement car il a été blanchi de toutes les charges même les plus fantaisistes par la cour pénale internationale. Il entend maintenant jouir pleinement de sa liberté.

On comprend alors pourquoi, alors qu’il avait annoncé son retour en décembre 2020 en Côte d’Ivoire, Laurent Gbagbo n’a toujours pas foulé la terre de ses ancêtres. Il fait comme on le voit, l’objet d’un chantage incroyable de la part d’Alassane Ouattara, qui manifestement a une peur bleue de son retour.

Nous y reviendrons.

Mireille (Mimi) Kouamé

www.ivoirebusiness.net
ado.jpg
kabamoumouni21 janvier 20219min70
L’année 2020 aura été marquée en Côte d’Ivoire par des regards bien souvent erronés sur la marche du pays. Des médias, organisations non gouvernementales, politiques ou leaders d’opinion, d’ici ou d’ailleurs, avaient cru trouver en l’élection présidentielle du 31 octobre 2020 une excellente fenêtre d’opportunité pour s’adonner à un exercice périlleux : celui de ternir l’image du pays et surtout celle de son Président Alassane Ouattara. Ils ont utilisé toutes sortes de superlatifs négatifs et donné dans les surenchères les plus ahurissantes contre le pays et ses dirigeants. Mais, ce fut peine perdue.

En fait, pour qui connaît réellement le poids de la Côte d’Ivoire, avec le développement socio-économique intervenu de 2011 à 2020, pour qui a une connaissance réelle de cet Homme d’Etat, ce technocrate chevronné, ce politique au leadership consommé du nom d’Alassane Ouattara, cette opération ne pouvait que foirer. Lamentablement. Et ce fut bien le cas.

Les Ivoiriens ne reprochent à aucune organisation de porter un jugement sur la plus forte économie de l’Union Economique et Monétaire Ouest-Africaine (UEMOA), le pays le plus riche de l’Afrique de l’Ouest, l’un des dix pays à la plus forte croissance économique au monde.

On ne reproche non plus à personne d’être critique sur l’action publique d’Alassane Ouattara, l’un des leaders les plus brillants, compétents, charismatiques et médiatisés en Afrique et dans le monde. Alassane Ouattara, un gouvernant que tout pays africain, européen, ou américain aurait aimé avoir à sa tête.

Ce que les Ivoiriens, soucieux de vivre dans la paix et la stabilité, n’acceptent pas, c’est de voir des médias ou institutions de défense de ceci ou de cela, entreprendre des actions de sabotage, pour ternir l’image de leur pays, pour diaboliser un leader de la stature de Ouattara.

Un Président qui a tant donné à son pays, aux Ivoiriens, en si peu de temps, depuis son arrivée au pouvoir en 2011. Cet expert en développement visionnaire qui a sorti la Côte d’Ivoire de l’état socio-économique désastreux dans lequel ses prédécesseurs l’avaient plongé depuis le décès en 1993 du Président Félix Houphouët-Boigny.

Ceux-ci n’avaient pas l’expérience, la technicité et l’expertise nécessaires pour asseoir une stabilité politique, améliorer les conditions de vie des populations et doter le pays d’infrastructures nécessaires pour relancer l’économie, tirer la croissance et créer de la richesse.

Depuis l’arrivée de Ouattara aux affaires, le pays connaît un progrès socio-économique sans précédent, avec des performances inégalées, à faire pâlir de grands pays européens, américains ou asiatiques. Ses politiques ont permis d’améliorer le revenu des populations et de donner un accès plus important aux services sociaux de santé, d’eau potable, d’éducation, d’électricité, etc.

Les regards, à travers des prismes déformants, qu’on a pu lire, voir ou entendre au sujet de la Côte d’Ivoire, étaient trop synchronisés avec les positions de certains politiques locaux pour ne pas être une opération concertée de déstabilisation.

L’objectif de la mission était clair : salir absolument l’image du pays et surtout saper la réputation de classe mondiale d’Alassane Ouattara. L’opération avait, du reste, commencé pour certains bien longtemps avant l’élection présidentielle d’octobre 2020.

D’où la volonté farouche des Ivoiriens, qui avaient découvert le pot aux roses, de s’opposer à leur plan, de le faire échouer démocratiquement par le truchement des urnes, en allant voter massivement malgré les obstructions en tout genre.

Dans l’attaque en règle contre le pays et l’opération de diabolisation du Président Ouattara, ils avaient tablé sur les ethnies et les religions, croyant, par cette courte échelle, faciliter leur mission. A l’analyse, la majorité des Ivoiriens, sous Alassane Ouattara, ne sont plus dans les petits calculs d’« ivoirité », de religion, de nationalisme bouffon ou de patriotisme folklorique. Ils sont si fiers de leur métissage, ce mélange entre les populations, les religions et les groupes linguistiques.

En outre, que ce soit en milieu rural ou urbain, il y a un changement de paradigme. Les populations ont désormais pour leitmotiv le développement socio-économique, la modernisation du pays, la création d’emplois, l’achat des produits agricoles à des prix décents…

C’est vrai, quelques illuminés, pour la plupart des adolescents désœuvrés, ont pu succomber en octobre 2020 à des posts et rumeurs véhiculés sur les réseaux sociaux, le temps d’une élection, mais cela ne pouvait et ne saurait plus prospérer durablement en Côte d’Ivoire. Tous les régimes qui se sont adonnés à l’exercice de jouer les ethnies les unes contre les autres, depuis le décès du Président Félix Houphouët-Boigny, y ont tous laissé des plumes. Il devrait en être ainsi, aujourd’hui et demain, dans ce pays de brassage.

On le voit donc, les acteurs de l’opération foirée se sont trompés de pays et d’époque. Les Ivoiriens ont certes connu des périodes difficiles, n’ayant souvent pas été loin du fond de l’abîme, comme en 2010-2011 ; mais, dans l’ensemble, ils ont tourné la page et demeurent, malgré les manipulations politiques, dans la dynamique séculaire de maintenir ce qui a toujours fait le charme de ce pays : le melting-pot, le patchwork ou le N’Zassa.

Dans leur opération mal ficelée, ces médias, personnalités ou institutions, avaient également sous-estimé la dimension intrinsèque de l’homme Ouattara. Ouattara, l’ancien Premier Ministre de Félix Houphouët-Boigny, l’ancien Gouverneur de le Banque Centrale des Etats de l’Afrique de l’Ouest (BCEAO) et l’ancien Directeur Général Adjoint du Fonds Monétaire International (FMI). Un profil tout à l’opposé de celui d’un gouvernant de paille, populiste, sans coffre, sans substance…

Ils l’auront appris à leurs dépens. C’est un fait : Ouattara, du fait de son background, son expérience et ses résultats dans la gestion des affaires de son pays et même de l’Afrique, fait la fierté des Ivoiriens et des Africains. Toute tentative de ternir son image et celle de son pays, sous sa gouvernance, est d’avance vouée à l’échec.

Bakary SANOGO
Journaliste, Expert en Communication
Directeur du Centre d’Information et de Communication Gouvernementale (CICG)
Abidjan, Côte d’Ivoire

L’année 2020 aura été marquée en Côte d’Ivoire par des regards bien souvent erronés sur la marche du pays. Des médias, organisations non gouvernementales, politiques ou leaders d’opinion, d’ici ou d’ailleurs, avaient cru trouver en l’élection présidentielle du 31 octobre 2020 une excellente fenêtre d’opportunité pour s’adonner à un exercice périlleux : celui de ternir l’image du pays et surtout celle de son Président Alassane Ouattara. Ils ont utilisé toutes sortes de superlatifs négatifs et donné dans les surenchères les plus ahurissantes contre le pays et ses dirigeants. Mais, ce fut peine perdue.

En fait, pour qui connaît réellement le poids de la Côte d’Ivoire, avec le développement socio-économique intervenu de 2011 à 2020, pour qui a une connaissance réelle de cet Homme d’Etat, ce technocrate chevronné, ce politique au leadership consommé du nom d’Alassane Ouattara, cette opération ne pouvait que foirer. Lamentablement. Et ce fut bien le cas.

Les Ivoiriens ne reprochent à aucune organisation de porter un jugement sur la plus forte économie de l’Union Economique et Monétaire Ouest-Africaine (UEMOA), le pays le plus riche de l’Afrique de l’Ouest, l’un des dix pays à la plus forte croissance économique au monde.

On ne reproche non plus à personne d’être critique sur l’action publique d’Alassane Ouattara, l’un des leaders les plus brillants, compétents, charismatiques et médiatisés en Afrique et dans le monde. Alassane Ouattara, un gouvernant que tout pays africain, européen, ou américain aurait aimé avoir à sa tête.

Ce que les Ivoiriens, soucieux de vivre dans la paix et la stabilité, n’acceptent pas, c’est de voir des médias ou institutions de défense de ceci ou de cela, entreprendre des actions de sabotage, pour ternir l’image de leur pays, pour diaboliser un leader de la stature de Ouattara.

Un Président qui a tant donné à son pays, aux Ivoiriens, en si peu de temps, depuis son arrivée au pouvoir en 2011. Cet expert en développement visionnaire qui a sorti la Côte d’Ivoire de l’état socio-économique désastreux dans lequel ses prédécesseurs l’avaient plongé depuis le décès en 1993 du Président Félix Houphouët-Boigny.

Ceux-ci n’avaient pas l’expérience, la technicité et l’expertise nécessaires pour asseoir une stabilité politique, améliorer les conditions de vie des populations et doter le pays d’infrastructures nécessaires pour relancer l’économie, tirer la croissance et créer de la richesse.

Depuis l’arrivée de Ouattara aux affaires, le pays connaît un progrès socio-économique sans précédent, avec des performances inégalées, à faire pâlir de grands pays européens, américains ou asiatiques. Ses politiques ont permis d’améliorer le revenu des populations et de donner un accès plus important aux services sociaux de santé, d’eau potable, d’éducation, d’électricité, etc.

Les regards, à travers des prismes déformants, qu’on a pu lire, voir ou entendre au sujet de la Côte d’Ivoire, étaient trop synchronisés avec les positions de certains politiques locaux pour ne pas être une opération concertée de déstabilisation.

L’objectif de la mission était clair : salir absolument l’image du pays et surtout saper la réputation de classe mondiale d’Alassane Ouattara. L’opération avait, du reste, commencé pour certains bien longtemps avant l’élection présidentielle d’octobre 2020.

D’où la volonté farouche des Ivoiriens, qui avaient découvert le pot aux roses, de s’opposer à leur plan, de le faire échouer démocratiquement par le truchement des urnes, en allant voter massivement malgré les obstructions en tout genre.

Dans l’attaque en règle contre le pays et l’opération de diabolisation du Président Ouattara, ils avaient tablé sur les ethnies et les religions, croyant, par cette courte échelle, faciliter leur mission. A l’analyse, la majorité des Ivoiriens, sous Alassane Ouattara, ne sont plus dans les petits calculs d’« ivoirité », de religion, de nationalisme bouffon ou de patriotisme folklorique. Ils sont si fiers de leur métissage, ce mélange entre les populations, les religions et les groupes linguistiques.

En outre, que ce soit en milieu rural ou urbain, il y a un changement de paradigme. Les populations ont désormais pour leitmotiv le développement socio-économique, la modernisation du pays, la création d’emplois, l’achat des produits agricoles à des prix décents…

C’est vrai, quelques illuminés, pour la plupart des adolescents désœuvrés, ont pu succomber en octobre 2020 à des posts et rumeurs véhiculés sur les réseaux sociaux, le temps d’une élection, mais cela ne pouvait et ne saurait plus prospérer durablement en Côte d’Ivoire. Tous les régimes qui se sont adonnés à l’exercice de jouer les ethnies les unes contre les autres, depuis le décès du Président Félix Houphouët-Boigny, y ont tous laissé des plumes. Il devrait en être ainsi, aujourd’hui et demain, dans ce pays de brassage.

On le voit donc, les acteurs de l’opération foirée se sont trompés de pays et d’époque. Les Ivoiriens ont certes connu des périodes difficiles, n’ayant souvent pas été loin du fond de l’abîme, comme en 2010-2011 ; mais, dans l’ensemble, ils ont tourné la page et demeurent, malgré les manipulations politiques, dans la dynamique séculaire de maintenir ce qui a toujours fait le charme de ce pays : le melting-pot, le patchwork ou le N’Zassa.

Dans leur opération mal ficelée, ces médias, personnalités ou institutions, avaient également sous-estimé la dimension intrinsèque de l’homme Ouattara. Ouattara, l’ancien Premier Ministre de Félix Houphouët-Boigny, l’ancien Gouverneur de le Banque Centrale des Etats de l’Afrique de l’Ouest (BCEAO) et l’ancien Directeur Général Adjoint du Fonds Monétaire International (FMI). Un profil tout à l’opposé de celui d’un gouvernant de paille, populiste, sans coffre, sans substance…

Ils l’auront appris à leurs dépens. C’est un fait : Ouattara, du fait de son background, son expérience et ses résultats dans la gestion des affaires de son pays et même de l’Afrique, fait la fierté des Ivoiriens et des Africains. Toute tentative de ternir son image et celle de son pays, sous sa gouvernance, est d’avance vouée à l’échec.

Bakary SANOGO
Journaliste, Expert en Communication
Directeur du Centre d’Information et de Communication Gouvernementale (CICG)
Abidjan, Côte d’Ivoire