Filière café-cacao en Côte d’Ivoire : A quoi va servir la carte professionnelle des producteurs

Filière café-cacao en Côte d’Ivoire : A quoi va servir la carte professionnelle des producteurs

16 avril 20192min0
16 avril 20192min0
1f76f4434b1859e0a3722cabf3ee5913_L.jpg

Un recensmeent des producteurs de café-cacao et de leurs plantations a été lancé lundi 15 avril 2019 à Yamoussoukro. Au terme de l’opération, en septembre 2020, une carte professionnelle sera attribuée aux producteurs. Mais, quels sont les avantages liés à cette carte ?

« Dans l’optique de la professionnalisation des acteurs, la délivrance de cartes professionnelles est envisagée, constituant ainsi une avancée notable dans la recherche de services tels l’assurance de leurs actifs et le financement de leur activités à travers d’éventuels crédits bancaires », a fait savoir Brahima Yves Koné, Directeur général du Conseil du café-cacao.

Par ailleurs, cette opération de recensement permettra d’apporter, selon ses explications, une réponse aux différentes problématiques du moment. « Les informations recueillies permettront d’établir un répertoire des producteurs de café et de cacao et un état des superficies des plantations, toute chose qui permettra de mieux contrôler la production nationale, notamment à travers les programmes de réhabilitation du verger. De même, la disponibilité d’informations précises sur les producteurs améliorera leur organisation et la structuration de la filière à travers l’interprofession », a-t-il indiqué. Pour un coût de 6 milliards de francs Cfa, l’opération prendra fin en septembre 2020.

Jonas BAIKEH

Un recensmeent des producteurs de café-cacao et de leurs plantations a été lancé lundi 15 avril 2019 à Yamoussoukro. Au terme de l’opération, en septembre 2020, une carte professionnelle sera attribuée aux producteurs. Mais, quels sont les avantages liés à cette carte ?

« Dans l’optique de la professionnalisation des acteurs, la délivrance de cartes professionnelles est envisagée, constituant ainsi une avancée notable dans la recherche de services tels l’assurance de leurs actifs et le financement de leur activités à travers d’éventuels crédits bancaires », a fait savoir Brahima Yves Koné, Directeur général du Conseil du café-cacao.

Par ailleurs, cette opération de recensement permettra d’apporter, selon ses explications, une réponse aux différentes problématiques du moment. « Les informations recueillies permettront d’établir un répertoire des producteurs de café et de cacao et un état des superficies des plantations, toute chose qui permettra de mieux contrôler la production nationale, notamment à travers les programmes de réhabilitation du verger. De même, la disponibilité d’informations précises sur les producteurs améliorera leur organisation et la structuration de la filière à travers l’interprofession », a-t-il indiqué. Pour un coût de 6 milliards de francs Cfa, l’opération prendra fin en septembre 2020.

Jonas BAIKEH