Côte d’Ivoire : La Guéguerre entre Affi et ses ex-camarades « GORS » s’exporte à la CEI, pour une affaire du sigle et des symboles du FPI

Côte d’Ivoire : La Guéguerre entre Affi et ses ex-camarades « GORS » s’exporte à la CEI, pour une affaire du sigle et des symboles du FPI

29 janvier 20215min86
29 janvier 20215min86
affiex.jpg
© Koaci.com – vendredi 29 janvier 2021 – 08:56 

Et revoilà la guéguerre entre Pascal Affi N’Guessan et les pro-Gbagbo Ou Rien (GORS). Le premier cité accuse ses ex-camarades d’utiliser frauduleusement sigle et des symboles du Front Populaire Ivoirien (FPI), des candidats de la plateforme Ensemble Pour la Démocratie et la Souveraineté (EDS).

L’ancien premier Ministre a saisi la Commission électorale indépendante (CEI) pour protester selon lui contre ces comportements qu’ils qualifient d’attentatoires à la législation et aux usages électoraux.

« En votre qualité d’autorité administrative indépendante, chargée de l’organisation des élections législatives du 06 mars 2021, je me permets de prendre votre attache pour le compte du “FRONT POPULAIRE IVOIRIEN”, à l’effet de porter à votre connaissance et protester contre le comportement tendancieux de certains candidats aux dites élections, qui usent frauduleusement des couleurs, sigle, symbole et intitulé du front populaire ivoirien (FPI) », écrit-il dans sa note.

Pour le député de Bongouanou, une telle attitude contraste de façon flagrante avec la loyauté et l’élégance de la concurrence électorale et ne peut continuer à prospérer, au risque de semer le doute et la confusion chez les électeurs pendant le déroulement du scrutin.

Avant de rappeler que, l’article 26 du code électoral dispose sans aucune ambigüité selon les termes suivants : « L’utilisation combinée des trois couleurs du drapeau national est proscrite. Est également proscrite, l’utilisation des armoiries de la République ou de la Collectivité territoriale concernée par l’élection, sous quelque forme que ce soit. Plusieurs candidats ou listes de candidats d’une même circonscription électorale ne peuvent avoir ni le même intitulé, ni le même sigle, ni le même symbole, ni la même couleur sur le bulletin unique. »

« Dès lors que l’élection législative se déroule sur une circonscription unique qui est celle de l’ensemble du territoire ivoirien, il ne peut valablement être toléré que des candidats se réclamant de parti ou groupement politique différent du nôtre, puisse user des attributs du FPI », relève le protestataire.

En conséquence de ce qui précède, il demande à la CEI d’urger, conformément à ses attributions et missions fasse cesser pareils comportements attentatoires à la législation et aux usages électoraux.

L’unité au sein du FPI n’est pas pour demain…

Donatien Kautcha, Abidjan

© Koaci.com – vendredi 29 janvier 2021 – 08:56 

Et revoilà la guéguerre entre Pascal Affi N’Guessan et les pro-Gbagbo Ou Rien (GORS). Le premier cité accuse ses ex-camarades d’utiliser frauduleusement sigle et des symboles du Front Populaire Ivoirien (FPI), des candidats de la plateforme Ensemble Pour la Démocratie et la Souveraineté (EDS).

L’ancien premier Ministre a saisi la Commission électorale indépendante (CEI) pour protester selon lui contre ces comportements qu’ils qualifient d’attentatoires à la législation et aux usages électoraux.

« En votre qualité d’autorité administrative indépendante, chargée de l’organisation des élections législatives du 06 mars 2021, je me permets de prendre votre attache pour le compte du “FRONT POPULAIRE IVOIRIEN”, à l’effet de porter à votre connaissance et protester contre le comportement tendancieux de certains candidats aux dites élections, qui usent frauduleusement des couleurs, sigle, symbole et intitulé du front populaire ivoirien (FPI) », écrit-il dans sa note.

Pour le député de Bongouanou, une telle attitude contraste de façon flagrante avec la loyauté et l’élégance de la concurrence électorale et ne peut continuer à prospérer, au risque de semer le doute et la confusion chez les électeurs pendant le déroulement du scrutin.

Avant de rappeler que, l’article 26 du code électoral dispose sans aucune ambigüité selon les termes suivants : « L’utilisation combinée des trois couleurs du drapeau national est proscrite. Est également proscrite, l’utilisation des armoiries de la République ou de la Collectivité territoriale concernée par l’élection, sous quelque forme que ce soit. Plusieurs candidats ou listes de candidats d’une même circonscription électorale ne peuvent avoir ni le même intitulé, ni le même sigle, ni le même symbole, ni la même couleur sur le bulletin unique. »

« Dès lors que l’élection législative se déroule sur une circonscription unique qui est celle de l’ensemble du territoire ivoirien, il ne peut valablement être toléré que des candidats se réclamant de parti ou groupement politique différent du nôtre, puisse user des attributs du FPI », relève le protestataire.

En conséquence de ce qui précède, il demande à la CEI d’urger, conformément à ses attributions et missions fasse cesser pareils comportements attentatoires à la législation et aux usages électoraux.

L’unité au sein du FPI n’est pas pour demain…

Donatien Kautcha, Abidjan