Côte d’Ivoire : Élection présidentielle, l’OIDH invite le Gouvernement au dialogue avec toute la classe politique

Côte d’Ivoire : Élection présidentielle, l’OIDH invite le Gouvernement au dialogue avec toute la classe politique

16 octobre 20204min19
16 octobre 20204min19
eleco.jpg
© Koaci.com – vendredi 16 octobre 2020 – 11:47 

La campagne pour l’élection présidentielle en Côte d’Ivoire est officiellement ouverte depuis hier jeudi 15 octobre. Mais la tension est encore perceptible.

On assiste à des discours enflammées et la propagation de fausses informations de nature à mettre en péril la cohésion sociale en cette période électorale où l’opposition appel à un boycott du scrutin.

Les responsables de l’Observatoire Ivoirien des Droits de l’Homme (OIDH) qui ont animé un point presse dans leurs locaux sis à Abidjan Cocody ont fait d’importantes recommandations afin d’atténuer la tension et éviter une autre crise électorale à la Côte d’Ivoire, comme constaté sur place par KOACI.

Ces différentes recommandations s’adressent notamment au Gouvernement, aux acteurs politiques, à la Commission électorale indépendante (CEI), aux administrateurs des plateformes ou fora de discussion à caractère politique et des pages de proximité, aux acteurs de la société civile, des médias publics et des médias en ligne.

Ces recommandations visent à atténuer les impacts de la désinformation au cours du scrutin électoral et font suite aux résultats du monitoring réalisé par l’OIDH sur la désinformation en ligne du 17 août au 11 octobre 2020.

Au Gouvernement Ivoirien, l’observatoire des droits de l’Homme à exhorté entre autres à maintenir le dialogue politique avec tous les acteurs du processus électoral, envisager des mesures répressives afin de protéger les femmes engagées en politiques, garantir un accès équitable des médias publics à l’ensemble des sensibilités politiques du pays.

Aux acteurs politiques, l’OIDH a demandé de s’abstenir des discours et actes susceptibles de fragiliser la cohésion sociale ou de détériorer le climat socio-politique.

Concernant la CEI, l’OIDH l’a exhorté à communiquer davantage sur la conduite des différentes étapes du processus électoral afin de rassurer l’ensemble des populations sur la transparence du processus électoral.

Les médias et les acteurs de la société ont été également invité à jouer leur rôle pour contribuer à la paix.

Jean Chresus

© Koaci.com – vendredi 16 octobre 2020 – 11:47 

La campagne pour l’élection présidentielle en Côte d’Ivoire est officiellement ouverte depuis hier jeudi 15 octobre. Mais la tension est encore perceptible.

On assiste à des discours enflammées et la propagation de fausses informations de nature à mettre en péril la cohésion sociale en cette période électorale où l’opposition appel à un boycott du scrutin.

Les responsables de l’Observatoire Ivoirien des Droits de l’Homme (OIDH) qui ont animé un point presse dans leurs locaux sis à Abidjan Cocody ont fait d’importantes recommandations afin d’atténuer la tension et éviter une autre crise électorale à la Côte d’Ivoire, comme constaté sur place par KOACI.

Ces différentes recommandations s’adressent notamment au Gouvernement, aux acteurs politiques, à la Commission électorale indépendante (CEI), aux administrateurs des plateformes ou fora de discussion à caractère politique et des pages de proximité, aux acteurs de la société civile, des médias publics et des médias en ligne.

Ces recommandations visent à atténuer les impacts de la désinformation au cours du scrutin électoral et font suite aux résultats du monitoring réalisé par l’OIDH sur la désinformation en ligne du 17 août au 11 octobre 2020.

Au Gouvernement Ivoirien, l’observatoire des droits de l’Homme à exhorté entre autres à maintenir le dialogue politique avec tous les acteurs du processus électoral, envisager des mesures répressives afin de protéger les femmes engagées en politiques, garantir un accès équitable des médias publics à l’ensemble des sensibilités politiques du pays.

Aux acteurs politiques, l’OIDH a demandé de s’abstenir des discours et actes susceptibles de fragiliser la cohésion sociale ou de détériorer le climat socio-politique.

Concernant la CEI, l’OIDH l’a exhorté à communiquer davantage sur la conduite des différentes étapes du processus électoral afin de rassurer l’ensemble des populations sur la transparence du processus électoral.

Les médias et les acteurs de la société ont été également invité à jouer leur rôle pour contribuer à la paix.

Jean Chresus