Côte d’Ivoire : Élection 2020, après son appel du Félicia, Bédié interpelle pour l’ultime fois le secrétaire général de l’ONU António Gueterres via une lettre

Côte d’Ivoire : Élection 2020, après son appel du Félicia, Bédié interpelle pour l’ultime fois le secrétaire général de l’ONU António Gueterres via une lettre

17 octobre 20207min14
17 octobre 20207min14
photo_1602959396.jpg

Bédié au stade Félix Houphouët-Boigny lors du meeting de l’opposition (Ph KOACI)

 

Le 10 octobre dernier, au stade Félix Houphouët Boigny, au meeting de l’opposition, le président du PDCI, Henri Konan Bédié, a adressé un appel solennel à Antonio Guterres, Secrétaire Général de l’Organisation des Nations Unies, pour lui demander son implication personnelle dans la résolution de la grave crise politique qui secoue la Côte d’Ivoire.

 

Ce samedi 17 octobre 2020 alors que la campagne électorale bat son plein, le sphinx de Daoukro dans un communiqué adressé à ses partisans dit observer chaque jour, de plus en plus, la montée de leur colère et peines devant « le simulacre d’élection présidentielle que veut organiser, par tous les moyens et à tous les prix, Monsieur Alassane Ouattara, le 31 octobre prochain. ».

 

Comme s’il interpellait pour une ultime fois le secrétaire général de l’ONU et la communauté internationale, Bédié laisse entendre qu’il a confirmé les aspirations profondes de ses partisans pour l’engagement urgent d’un dialogue responsable entre toutes les filles et fils du Pays dans un courrier, transmis à Antonio Guterres, par l’intermédiaire du Coordonnateur du Système des Nations Unis à Abidjan le mardi 12 octobre 2020.

 

« Comme vous et avec vous tous, je garde une grande confiance en Monsieur Antonio GUTERRES, un homme de dialogue et d’engagement. » a laissé entendre Bédié dans ce communiqué lu par Maurice Kakou Guikahué, son directeur de campagne.

 

Dans son adresse à ses partisans et aux Ivoiriens, Bédié, faisant allusion au scrutin présidentiel d’octobre 2020 martèle : « dans votre grande majorité, et dans toute la diversité que compose notre Nation, vous vous opposez à cette forfaiture qui piétine, sans scrupule au vu et su de la communauté internationale, notre Constitution et les règles élémentaires de la démocratie.

J’observe surtout votre détermination à tout mettre en œuvre, chacun à son niveau, pour éviter à notre beau pays une nouvelle fracture qui, cette fois, risque de plonger notre Nation dans une situation désastreuse préjudiciable à nous tous, à nos enfants et aux générations futures. ».

 

Non moins sans attirer l’attention de ses partisans qu’ils doivent compter d’abord sur eux-mêmes en faisant aboutir toutes les revendications par l’exécution rigoureuse du mot d’ordre de désobéissance civile lancé, et compter ensuite sur la Communauté Internationale, Bédié espère que compte tenu de la gravité de la situation que traverse le Pays, ainsi que des enjeux stratégiques que représente la Côte d’Ivoire pour la stabilité durable de la sous-région, que sa requête trouvera une écoute favorable auprès des Nations Unies.

« Nous avons des raisons d’espérer qu’une analyse profonde de la situation aboutisse à la mise en œuvre de solutions qui préservent la paix et les droits de notre peuple. », a-t-il lâché.

 

Enfin, avec le soutien de l’ancien président Laurent Gbagbo, de Guillaume Soro, du président du FPI Pascal Affi N’guessan, de tous les leaders de l’opposition ivoirienne ainsi que celui de l’ensemble de la population, Bédié espère que ses ambitions de restaurer un État de droit en Côte d’Ivoire et de construire, avec l’implication de tous, une nation véritablement réconciliée avec elle-même, unie et prospère vont aboutir.

 

« Restons unis, solidaires et mobilisés dans l’action concertée pour le dialogue, la paix et le bonheur partagé par toutes nos populations qui ont tant souffert et pour l’avenir de nos enfants. », a-t-il conclu dans son communiqué.

 

Jean Chresus

Bédié au stade Félix Houphouët-Boigny lors du meeting de l’opposition (Ph KOACI)

 

Le 10 octobre dernier, au stade Félix Houphouët Boigny, au meeting de l’opposition, le président du PDCI, Henri Konan Bédié, a adressé un appel solennel à Antonio Guterres, Secrétaire Général de l’Organisation des Nations Unies, pour lui demander son implication personnelle dans la résolution de la grave crise politique qui secoue la Côte d’Ivoire.

 

Ce samedi 17 octobre 2020 alors que la campagne électorale bat son plein, le sphinx de Daoukro dans un communiqué adressé à ses partisans dit observer chaque jour, de plus en plus, la montée de leur colère et peines devant « le simulacre d’élection présidentielle que veut organiser, par tous les moyens et à tous les prix, Monsieur Alassane Ouattara, le 31 octobre prochain. ».

 

Comme s’il interpellait pour une ultime fois le secrétaire général de l’ONU et la communauté internationale, Bédié laisse entendre qu’il a confirmé les aspirations profondes de ses partisans pour l’engagement urgent d’un dialogue responsable entre toutes les filles et fils du Pays dans un courrier, transmis à Antonio Guterres, par l’intermédiaire du Coordonnateur du Système des Nations Unis à Abidjan le mardi 12 octobre 2020.

 

« Comme vous et avec vous tous, je garde une grande confiance en Monsieur Antonio GUTERRES, un homme de dialogue et d’engagement. » a laissé entendre Bédié dans ce communiqué lu par Maurice Kakou Guikahué, son directeur de campagne.

 

Dans son adresse à ses partisans et aux Ivoiriens, Bédié, faisant allusion au scrutin présidentiel d’octobre 2020 martèle : « dans votre grande majorité, et dans toute la diversité que compose notre Nation, vous vous opposez à cette forfaiture qui piétine, sans scrupule au vu et su de la communauté internationale, notre Constitution et les règles élémentaires de la démocratie.

J’observe surtout votre détermination à tout mettre en œuvre, chacun à son niveau, pour éviter à notre beau pays une nouvelle fracture qui, cette fois, risque de plonger notre Nation dans une situation désastreuse préjudiciable à nous tous, à nos enfants et aux générations futures. ».

 

Non moins sans attirer l’attention de ses partisans qu’ils doivent compter d’abord sur eux-mêmes en faisant aboutir toutes les revendications par l’exécution rigoureuse du mot d’ordre de désobéissance civile lancé, et compter ensuite sur la Communauté Internationale, Bédié espère que compte tenu de la gravité de la situation que traverse le Pays, ainsi que des enjeux stratégiques que représente la Côte d’Ivoire pour la stabilité durable de la sous-région, que sa requête trouvera une écoute favorable auprès des Nations Unies.

« Nous avons des raisons d’espérer qu’une analyse profonde de la situation aboutisse à la mise en œuvre de solutions qui préservent la paix et les droits de notre peuple. », a-t-il lâché.

 

Enfin, avec le soutien de l’ancien président Laurent Gbagbo, de Guillaume Soro, du président du FPI Pascal Affi N’guessan, de tous les leaders de l’opposition ivoirienne ainsi que celui de l’ensemble de la population, Bédié espère que ses ambitions de restaurer un État de droit en Côte d’Ivoire et de construire, avec l’implication de tous, une nation véritablement réconciliée avec elle-même, unie et prospère vont aboutir.

 

« Restons unis, solidaires et mobilisés dans l’action concertée pour le dialogue, la paix et le bonheur partagé par toutes nos populations qui ont tant souffert et pour l’avenir de nos enfants. », a-t-il conclu dans son communiqué.

 

Jean Chresus