Côte d’Ivoire : Des victimes de la crise post-électorale (2010-2011) expriment leurs attentes au Premier Ministre

Côte d’Ivoire : Des victimes de la crise post-électorale (2010-2011) expriment leurs attentes au Premier Ministre

8 janvier 20213min85
8 janvier 20213min85
victim.jpg

© Koaci.com – vendredi 08 janvier 2021 – 09:29

 

Des victimes de la crise post-électorale de 2010-2011 ont exprimé jeudi leurs attentes au Premier Ministre, Hamed Bakayoko.

 

La délégation du collectif était conduite par Issiaka Diaby. « Depuis la fin de la crise post-électorale, les victimes ont souhaité prendre leur place dans les différents processus de réconciliation nationale, de cohésion sociale et de justice. Nous sommes heureux aujourd’hui, le Premier Ministre vient de répondre favorablement à notre requête restée longtemps sans suite. C’est un grand pas vers la réconciliation et la cohésion sociale », s’est-il réjoui, avant d’exprimer leurs attentes.

 

« Le respect de leurs droits fondamentaux, à travers la préservation de leur dignité et leur intégration en tant que partie prenante au processus de réconciliation nationale. La garantie de non-répétition de regain de violence et de commissions de crimes de masse, la lutte contre l’impunité et une collaboration franche de l’Etat de Côte d’Ivoire avec la Cour Pénale Internationale (CPI). »

 

Selon l’ONU, la crise post-électorale de 2010-2011 a fait plus de 3000 morts dans le pays.

 

Donatien Kautcha, Abidjan

© Koaci.com – vendredi 08 janvier 2021 – 09:29

 

Des victimes de la crise post-électorale de 2010-2011 ont exprimé jeudi leurs attentes au Premier Ministre, Hamed Bakayoko.

 

La délégation du collectif était conduite par Issiaka Diaby. « Depuis la fin de la crise post-électorale, les victimes ont souhaité prendre leur place dans les différents processus de réconciliation nationale, de cohésion sociale et de justice. Nous sommes heureux aujourd’hui, le Premier Ministre vient de répondre favorablement à notre requête restée longtemps sans suite. C’est un grand pas vers la réconciliation et la cohésion sociale », s’est-il réjoui, avant d’exprimer leurs attentes.

 

« Le respect de leurs droits fondamentaux, à travers la préservation de leur dignité et leur intégration en tant que partie prenante au processus de réconciliation nationale. La garantie de non-répétition de regain de violence et de commissions de crimes de masse, la lutte contre l’impunité et une collaboration franche de l’Etat de Côte d’Ivoire avec la Cour Pénale Internationale (CPI). »

 

Selon l’ONU, la crise post-électorale de 2010-2011 a fait plus de 3000 morts dans le pays.

 

Donatien Kautcha, Abidjan