Yopougon : Un père de famille porté disparu, son véhicule retrouvé avec du sang à bord

Yopougon : Un père de famille porté disparu, son véhicule retrouvé avec du sang à bord

electionsci2016429 novembre 20184min252
electionsci2016429 novembre 20184min252
54e78f5e9cf13c249a9a5c8da75d5f17_L.jpg

Qu’est-il advenu de D.A., père de famille d’une quarantaine d’années et conducteur d’un taxi-brousse ? L’on est en droit, comme les siens d’ailleurs, de se poser la question, à la suite de sa soudaine disparition. Sans compter d’autres signes qui incitent à une véritable inquiétude.

En effet, à en croire nos sources, A.A., la vingtaine, mécanicienne-auto, a, après son boulot, l’habitude d’attendre son père D.A., afin qu’ils rentrent tous les deux au domicile familial, situé dans la localité périphérique de Songon-Kassemblé. Et à cet effet, leur point de rencontre est la gare routière du carrefour de Bimbresso. Elle va donc l’y attendre encore le mardi 6 novembre 2018.

Aux alentours de 19h, la jeune fille prend langue avec son père, pour lui signifier qu’elle l’attend. Ce dernier lui rétorque de patienter juste un peu. Le temps qu’il fasse son dernier voyage du jour. Et de la rassurer qu’il ne va pas tarder.

Mais les heures passent sans que son géniteur ne se pointe. Il est à présent 23h. Ayant attendu si tard dans la nuit et ayant vainement tenté de joindre téléphoniquement son père, la mécanicienne quitte le carrefour où elle attend et se rend directement à la gare routière, juste à côté.

A relire: Bangolo : Un petit garçon de 11 ans porté disparu, retrouvé égorgé

Elle va s’enquérir de la position de son paternel auprès des collègues chauffeurs de ce dernier. Ceux-ci lui demandent de ne pas s’inquiéter outre mesure. Et que son papa a pris des passagers en course pour l’Institut Pasteur dont les locaux ne sont pas véritablement distants de là.

Mais après cette assurance, plus rien d’autre. Le papa n’est toujours pas visible. Et il n’est pas non plus joignable sur son téléphone-portable. Finalement, la jeune fille croit ne plus avoir le choix. Et elle rentre seule au domicile familial.

Mais elle est fortement tenaillée par l’inquiétude. Où est passé papa ? Et pourquoi n’est-il plus joignable au téléphone ? Des questions dont les réponses, introuvables, angoissent assurément la mécanicienne.

On en est là quand pointe le lendemain mercredi 7 novembre 2018. Et à 7h, A.A .est informée de ce que la voiture de son père est retrouvée à Yopougon Pk 18, sur une piste, un peu loin de la voie principale reliant Dabou à Abidjan. Mais si la voiture est retrouvée, par contre point de traces de D.A., son propriétaire. Des élément de la police se rendent sur place, découvrent à bord de la voiture abandonnée, du sang et un poignard ensanglanté. Quoi de plus inquiétant !

Mais qu’est-ce que cela veut-il bien dire ? Le pauvre transporteur est-il tombé dans le traquenard à lui tendu par des individus malintentionnés, qu’il prenait pour d’ordinaires clients ? La police a aussitôt ouvert une enquête, pour découvrir ce qui a bien pu arriver au père de famille porté disparu.

 

Madeleine TANOU

Qu’est-il advenu de D.A., père de famille d’une quarantaine d’années et conducteur d’un taxi-brousse ? L’on est en droit, comme les siens d’ailleurs, de se poser la question, à la suite de sa soudaine disparition. Sans compter d’autres signes qui incitent à une véritable inquiétude.

En effet, à en croire nos sources, A.A., la vingtaine, mécanicienne-auto, a, après son boulot, l’habitude d’attendre son père D.A., afin qu’ils rentrent tous les deux au domicile familial, situé dans la localité périphérique de Songon-Kassemblé. Et à cet effet, leur point de rencontre est la gare routière du carrefour de Bimbresso. Elle va donc l’y attendre encore le mardi 6 novembre 2018.

Aux alentours de 19h, la jeune fille prend langue avec son père, pour lui signifier qu’elle l’attend. Ce dernier lui rétorque de patienter juste un peu. Le temps qu’il fasse son dernier voyage du jour. Et de la rassurer qu’il ne va pas tarder.

Mais les heures passent sans que son géniteur ne se pointe. Il est à présent 23h. Ayant attendu si tard dans la nuit et ayant vainement tenté de joindre téléphoniquement son père, la mécanicienne quitte le carrefour où elle attend et se rend directement à la gare routière, juste à côté.

A relire: Bangolo : Un petit garçon de 11 ans porté disparu, retrouvé égorgé

Elle va s’enquérir de la position de son paternel auprès des collègues chauffeurs de ce dernier. Ceux-ci lui demandent de ne pas s’inquiéter outre mesure. Et que son papa a pris des passagers en course pour l’Institut Pasteur dont les locaux ne sont pas véritablement distants de là.

Mais après cette assurance, plus rien d’autre. Le papa n’est toujours pas visible. Et il n’est pas non plus joignable sur son téléphone-portable. Finalement, la jeune fille croit ne plus avoir le choix. Et elle rentre seule au domicile familial.

Mais elle est fortement tenaillée par l’inquiétude. Où est passé papa ? Et pourquoi n’est-il plus joignable au téléphone ? Des questions dont les réponses, introuvables, angoissent assurément la mécanicienne.

On en est là quand pointe le lendemain mercredi 7 novembre 2018. Et à 7h, A.A .est informée de ce que la voiture de son père est retrouvée à Yopougon Pk 18, sur une piste, un peu loin de la voie principale reliant Dabou à Abidjan. Mais si la voiture est retrouvée, par contre point de traces de D.A., son propriétaire. Des élément de la police se rendent sur place, découvrent à bord de la voiture abandonnée, du sang et un poignard ensanglanté. Quoi de plus inquiétant !

Mais qu’est-ce que cela veut-il bien dire ? Le pauvre transporteur est-il tombé dans le traquenard à lui tendu par des individus malintentionnés, qu’il prenait pour d’ordinaires clients ? La police a aussitôt ouvert une enquête, pour découvrir ce qui a bien pu arriver au père de famille porté disparu.

 

Madeleine TANOU