Présidentielle Archives - Page 2 sur 2 - Elections.ci

BEDIE.jpg
electionsci2016311 avril 20172min358

Le séminaire du Parti démocratique de Côte d’Ivoire (PDCI) s’est achevé samedi à Bingerville, à la veille des célébrations du 71ème anniversaire de l’ancien parti unique. Au cœur des débats : la mise en ordre de bataille du parti, mais aussi l’alliance avec le RDR d’Alassane Ouattara en vue de la présidentielle de 2020.

Trois journées de débats auront-elles suffi à répondre aux interrogations des militants ? Convoqué de jeudi à samedi 8 avril à Bingerville, le séminaire du parti présidé par Henri Konan Bédié, d’abord réservé au secrétariat exécutif avant d’être finalement élargi à la direction de la formation politique, devait permettre à la base militante de faire entendre ses inquiétudes.

Au menu des discussions et des interrogations : l’alliance avec le Rassemblement des républicains (RDR) après l’échec des deux formations alliées à former un même groupe parlementaire, malgré leur candidature commune lors des dernières législatives sous la bannière du Rassemblement des houphouétistes pour la démocratie et la paix (RHDP).

« Nous voulons avoir un Pdci-Rda fort dans une alliance de RHDP forte. Pour que nous ayons un RHDP fort, il nous faut des partis forts », avait indiqué le secrétaire exécutif du parti, Maurice Kakou Guikahué, dans un communiqué publié avant l’ouverture du séminaire, auquel ont participé plusieurs personnalités du PDCI: le vice-président Daniel Kablan Duncan, l’ex-ministre Émile Constant Bombet, ou encore Charles Koffi Diby, à la tête du Conseil économique et social. … suite de l’article sur Jeune Afrique

Publié le lundi 10 avril 2017  |  Jeune Afrique

http://news.abidjan.net/h/613051.html

PDCI-BIS.jpg
electionsci2016310 avril 20172min317

Le Parti démocratique de Côte d’Ivoire (PDCI, ex-parti unique) a recommandé, samedi, à l’issue d’un séminaire à Bingerville (Banlieue Est d’Abidjan), ‘’la reprise du découpage électoral actuel suivant des critères objectifs préalablement acceptés de tous’’.

Dans le communiqué final de ce séminaire, au titre du sous-thème, «Le PDCI-RDA et les élections », présidé par le Vice-Président Emile Constant Bombet, suite à l’exposé de M. Roldand Adiko, Secrétaire Exécutif chargé des élections, ‘’les Séminaristes ont entre autres recommandé la reprise du découpage électoral actuel suivant des critères objectifs préalablement acceptés de tous’’.

La mise en place de structures électorales performantes et la plus forte implication des responsables du parti dans le processus électoral ont été également recommandées.

S’agissant, du plan d’action 2017-2020 et programme d’activités 2017, présidé par le Vice-Président Charles Koffi Diby, ‘’les Séminaristes ont fait des propositions d’activités entre autres activités pertinentes’’.

Il s’agit de ‘’la préparation des réunions des organes centraux du Parti (13ème Congrès en 2018, convention d’investiture du Candidat du Parti), de la préparation des élections présidentielles et de l’organisation d’un vaste programme de formation sur tous les thèmes liés aux élections.

‘’Le séminaire exhorte les militants et militantes à la sérénité et à la mobilisation et les invite à rester à l’écoute de la Direction du Parti’’, ajoute le communiqué final du séminaire dont le thème central “le secrétariat Exécutif du PDCI-RDA et CAP 2020 : Bilan et Perspectives”, a été décliné en quatre sous thèmes.

LS/APA

Publié le dimanche 9 avril 2017  |  APA

http://news.abidjan.net/h/612994.html

kkb.jpg
electionsci201634 avril 20172min341

Candidat à la dernière présidentielle ivoirienne, Konan Kouadio Siméon dit KKS sera en lice pour le scrutin de 2020. L’information a été annoncée par l’intéressé lors d’une rencontre ce mardi à Abidjan.

Konan Kouadio Siméon sera candidat à la succession du président ivoirien, Alassane Ouattara. C’est lors d’une cérémonie en faveur de la paix et la réconciliation organisée ce mardi à Abidjan par Initiatives pour la paix (IPP), structure qu’il préside, que celui qui a été candidat en 2015 a dévoilé ses ambitions. 

« J’assume mon parcours politique et je serais candidat en 2020, a déclaré le natif de Toumodi dans une salle acquise à sa cause ». KKS a par ailleurs affiché sa confiance en son avenir présidentiel. « Je serais un jour président de la République », a-t-il martelé. 

En présence de plusieurs guides religieux et traditionnels, le désormais candidat déclaré a dévoilé son programme pour la réconciliation. KKS compte notamment organisé une caravane à travers le pays pour prôner la cohésion entre les Ivoiriens.

04/04/2017 / http://www.linfodrome.com/vie-politique/32622-presidentielle-2020-kouadio-konan-simeon-kks-annonce-sa-candidature

ADJOUMANI.jpg
electionsci2016329 mars 20173min321

Il est encore trop tôt pour parler d’alternance en 2020. Le Rassemblement des houphouétistes pour la démocratie et la paix (RHDP) insiste. Le ministre Kobenan Kouassi Adjoumani, porte-parole de cette coalition au pouvoir en Côte d’Ivoire l’a, à nouveau réitéré ce mardi 28 mars au siège du PDCI-RDA au cours d’une rencontre avec la presse.

Selon lui, c’est un sujet « important et sensible ». Aussi, fait-il noter au nom de son leader que, les « déclarations faites en dehors des cercles appropriés de décision portent gravement atteintes à la nécessaire cohésion » au sein de leur groupement politique. Et perturbent leurs militants.

En conséquence poursuit-il, il est demandé aux cadres de cette coalition d’arrêter de parler de ce sujet. « A compter de la conférence de presse de ce jour (mardi 28 mars 2017, Ndlr), il est demandé aux responsables du RHDP, quels qu’ils soient, de mettre fin à tout débat public et inopportun sur l’importante question de l’alternance en 2020 », a recommandé Adjoumani Kouassi, par ailleurs ministre des Ressources halieutiques et animales.

Depuis quelques semaines, des cadres au sein de la coalition au pouvoir se livrent une guerre des mots par presse interposée sur l’alternance en 2020. La gravité des déclarations publiques diverses a même poussé il y a peu à l’organisation d’une rencontre entre Henri Konan Bédié et le vice-président de la République Daniel Kablan Duncan.
Pour le porte-parole du RHDP, il n’est pas logique d’évoquer la succession du chef de l’Etat, trois ans avant la fin de son mandat. Ce, pour une question de sécurisation du candidat futur. Toutefois Adjoumani Kouassi rassure que cette question sera traitée en temps opportun par les présidents Alassane Ouattara et Henri Konan Bédié.

Des sanctions à l’endroit de tout contrevenant ? « Non », rassure le ministre des Ressources animales et halieutiques. « Ceux qui ne comprennent pas ce message, seront des dissidents, des irréductibles. Aux irréductibles qui voudront s’opposer, il n’y aura pas de sanction », reconnaît-il avant d’inviter les cadres de sa coalition politique à la patience et à faire confiance à leurs leaders.

Richard Yasseu

Source: Politik Afrique / Date: Hier, à 08:22

http://news.educarriere.ci/news-20918-alternance-en-2020-kobenan-kouassi-adjoumani-porte-parole-du-rhdp-interdiction-d-en-parler-a-partir-de-ce-mardi.html

ADO-BEDIE.jpg
electionsci2016328 mars 20175min300

Le débat sur la succession du Président Alassane Ouattara en 2020 est allé crescendo ces derniers jours entre le RDR et le PDCI. Même si, pour Henri Konan Bédié, il est temps de mettre un terme à ce débat qui relève du ”privé” entre lui et l’actuel chef de l’Etat, des indices montrent clairement qui est le favori Ouattara et Bédié.

Ils ont probablement déjà les noms de ceux qui vont représenter le RHDP à la présidentielle de 2020 et rient sous cape lorsqu’ils voient des cadres de l’alliance se répandre sur la question de la succession d’Alassane Ouattara en 2020. Lors d’une déclaration en 2015, l’actuel locataire du Palais présidentiel du Plateau disait que c’est le meilleur d’entre les cadres du RHDP qui sera choisi pour compétire à l’élection présidentielle à venir. « Il y aura une alternance et elle est certaine par rapport à ma personne parce que moi je ne serai pas candidat en 2020. A partir de là, le parti unifié verra les mécanismes par lesquels on doit choisir la meilleure personne pour aller aux élections », dixit Alassane Ouattara.

Le meilleur cadre dont parle Alassane Ouattara devrait forcément jouir du soutien et de l’onction du peuple. En pareille circonstance, le vice-président, Daniel Kablan Duncan reste le choix idéal, confie une source. Lors de sa désignation à la vice-présidence, Alassane Ouattara l’avait présenté comme un grand serviteur de l’Etat et un homme d’expérience. «Il s’agit d’une personnalité d’expérience, un grand serviteur de l’Etat, qui a fait la preuve de ses qualités personnelles et professionnelles exceptionnelles à toutes les hautes fonctions qu’il a occupées aussi bien en Côte d’Ivoire qu’à l’Etranger. C’est un travailleur infatigable, un collaborateur loyal, un homme de dévouement, un homme d’Etat, qui aime profondément notre pays. La personnalité sur laquelle mon choix s’est porté pour occuper les fonctions de Vice-Président de la République est Monsieur Daniel Kablan Duncan, ancien Premier Ministre et aujourd’hui, Député de Grand-Bassam », avait-il déclaré.

La nomination de Daniel Kablan Duncan à la vice-présidence s’était faite avec l’accord d’Henri Konan Bédié, Président du PDCI-RDA. A moins d’un cataclysme, Alassane Ouattara et Bédié ne peuvent pas perdre toute cette estime qu’ils portent pour l’actuel vice-président au point de vouloir chercher un autre cadre pour la présidentielle de 2020. ”On ne change pas une équipe qui gagne”, dit l’adage. La paire Daniel Kablan Duncan-Amadou Gon Coulibaly pourrait bien être celle qui sera reconduite pour la succession d’Alassane Ouattara en cas d’alternance en 2020. Ce qui conforte cette position, ce sont bien les éloges faites par le Président Ouattara lors de la désignation de Kablan Duncan devant les députés à l’Assemblée nationale.

« Monsieur Daniel Kablan Duncan est un brillant économiste, qui a occupé successivement de hautes fonctions dans l’Administration ivoirienne, à la Banque Centrale des Etats de l’Afrique de l’Ouest (BCEAO), à la Caisse Nationale de Prévoyance Sociale (CNPS) et en tant que Ministre, Ministre d’Etat et Premier Ministre dans plusieurs Gouvernements dans notre pays. Grâce à son action à la tête du Gouvernement sortant et aux réformes qu’il a entreprises, notre pays a enregistré des résultats remarquables, dans tous les secteurs ». Fin de citation. « On ne peut pas faire pareille éloge d’un cadre aussi compétent et aller chercher un autre cadre pour présider aux destinées de la Côte d’Ivoire. Je ne pense pas que Bédié et Ouattara laisseront Duncan pour aller choisir quelqu’un d’autre en 2020 surtout que la nouvelle constitution a levé le verrou de la limite d’âge. Duncan a toutes ses cartes en mains», commente un haut cadre du parti au pouvoir.

David YALA                                                                                                                                                      Publié le 28/03/2017

http://www.linfodrome.com/vie-politique/32494-presidentielle-2020-voici-le-choix

LEGRE.jpg
electionsci2016322 mars 20174min285
Le siège local du RDR à Bouaké a servi de cadre le samedi 18 mars 2017, à l’investiture du Secrétariat départemental du parti ainsi que des commissaires politiques et des secrétaires de sections de ladite ville . Ce sont au total, 40 commissaires politiques et 237 secrétaires de sections avec à leur tête Bah Karamoko, secrétaire départemental, qui ont été investis par Legré Philippe, secrétaire adjoint du Rassemblement des Républicains (RDR) chargé de la logistique et de la mobilisation, à la tête d’une forte délégation. Bah Karamoko et son commando ont été investis avec une seule mission contenue dans leur feuille de route. Mobiliser et redorer l’image du parti à Bouaké. «Votre mission est essentiellement de mobiliser les différents comités de base pour garantir la position de notre parti le RDR au sein du RHDP et préparer les élections de 2020. Préparez vous pour les combats démocratiques à venir. Ne baissez pas les bras. Implantez le RDR partout en Côte d’Ivoire», a dit Legré Philippe. De l’avis de l’envoyé du parti du Président Alassane Ouattara, 2020, c’est maintenant qu’il faut le préparer. « 2020 est une année importante pour le RDR. Donc, il faut se lever maintenant pour prêcher le vivre ensemble du Président Ouattara afin qu’en 2020, nous remportions toutes les élections. Le RDR doit compter sur lui-même avant de compter sur qui que ce soit», a-t-il suggéré. Puis, Il a rendu un hommage aux militants et aux responsables du RDR de Bouaké. «La direction du parti est fière de vous. L’on cite en exemple partout dans le pays, le bon travail accompli par les militants de Bouaké et la bonne entente entre vous ». Et de poursuivre : « Le mérite revient à votre secrétaire départemental, Bah Karamoko qui est et a toujours été une fierté pour notre parti le RDR. C’est une fierté pour moi de faire son investiture car il a été de tous les temps fidèle et loyal au parti et au Président Alassane Ouattara. C’est un rassembleur, un fédérateur. Il a toujours eu le verbe et la manière de toujours unir ses militants autour des idéologies de notre parti. Bravo à vous, Bah Karamoko et bravo aux militants de Bouaké. Le RDR compte sur vous pour toujours aller de l’avant », a déclaré Legré Philippe. Avant de remettre au nom du parti, un diplôme d’honneur et de mérite au secrétaire départemental RDR de Bouaké.

Quant à Bah Karamoko, secrétaire départemental RDR de Bouaké, il a rendu un hommage au Président Ouattara et s’est dit heureux et fier de toujours servir son parti. Ensuite, il a félicité les commissaires politiques et les secrétaires de sections qui, selon lui, doivent continuer le travail sans relâche. «Nous voulons rappeler à tous que cette distinction de notre parti nous renforcera dans notre idéologie de paix, de cohésion, d’amour, de fraternité et de patriotisme», a dit Bah Karamoko. Plusieurs diplômes de reconnaissance ont été remis aux commissaires politiques et aux secrétaires de sections.

Aboubacar Al Syddick à Bouaké

Publié le mercredi 22 mars 2017  |  L’intelligent d’Abidjan
http://news.abidjan.net/h/611845.html
sangaré.jpg
electionsci2016320 mars 20172min295

Aboudramane Sangaré le chef de file de la fronde au FPI a-t-il annoncé sa candidature à la présidentielle de 2020 ?

« Faux, faux, faux. C’est de l’intoxication et nous savons d’où cela provient », a déclaré à Politikafrique.info, Koné Boubakar proche de Sangaré Aboudramane. Selon lui, l’ex-ministre des Affaires étrangères de Laurent Gbagbo est éligible comme citoyen ivoirien. Aussi dit-il, une candidature de sa part serait bien accueillie, non sans indiquer que « ce n’est pas encore le cas et il n’a jamais rien dit de tel ».

En fin de semaine dernière (du 17 au 19 mars 2017, Ndlr), des propos prêtés au leader de la fronde au FPI, le présentaient comme un candidat à la présidentielle de 2020 pour le compte de cette formation politique.

Quid de la participation aux prochaines joutes électorales ? « Nous en sommes très loin. D’ici 2020, nous avons une convention, nous avons un congrès. Nous n’avons pas l’habitude de nous prononcer au hasard. Ce que nous disons et que nous avons dit avant d’aller à notre tournée dans l’ouest, c’est que le FPI ne va boycotter les élections à perpétuité. Si nous devons prendre le pouvoir d’Etat, et que nous n’avons d’autres moyens de le prendre que par les urnes, on sera forcément candidat un jour. A toutes les élections d’ailleurs et non seulement à la présidentielle. Mais sur une élection précise donnée, c’est une instance de décision comme la convention ou le congrès qui va donner mandat et désigne les candidats. Tout ce qui va se dire avant, c’est des supputations, quand ce n’est pas l’intoxication voulue et fabriquée », tranche Koné Boubacar

Publié le 20 mars 2017

http://politikafrique.info/affaire-aboudramane-sangare-candidat-2020-kone-boubakar-cest-de-lintox/

Aboudramane Sangaré le chef de file de la fronde au FPI a-t-il annoncé sa candidature à la présidentielle de 2020 ?

« Faux, faux, faux. C’est de l’intoxication et nous savons d’où cela provient », a déclaré à Politikafrique.info, Koné Boubakar proche de Sangaré Aboudramane. Selon lui, l’ex-ministre des Affaires étrangères de Laurent Gbagbo est éligible comme citoyen ivoirien. Aussi dit-il, une candidature de sa part serait bien accueillie, non sans indiquer que « ce n’est pas encore le cas et il n’a jamais rien dit de tel ».

En fin de semaine dernière (du 17 au 19 mars 2017, Ndlr), des propos prêtés au leader de la fronde au FPI, le présentaient comme un candidat à la présidentielle de 2020 pour le compte de cette formation politique.

Quid de la participation aux prochaines joutes électorales ? « Nous en sommes très loin. D’ici 2020, nous avons une convention, nous avons un congrès. Nous n’avons pas l’habitude de nous prononcer au hasard. Ce que nous disons et que nous avons dit avant d’aller à notre tournée dans l’ouest, c’est que le FPI ne va boycotter les élections à perpétuité. Si nous devons prendre le pouvoir d’Etat, et que nous n’avons d’autres moyens de le prendre que par les urnes, on sera forcément candidat un jour. A toutes les élections d’ailleurs et non seulement à la présidentielle. Mais sur une élection précise donnée, c’est une instance de décision comme la convention ou le congrès qui va donner mandat et désigne les candidats. Tout ce qui va se dire avant, c’est des supputations, quand ce n’est pas l’intoxication voulue et fabriquée », tranche Koné Boubacar

Publié le 20 mars 2017

http://politikafrique.info/affaire-aboudramane-sangare-candidat-2020-kone-boubakar-cest-de-lintox/