Présidentielle 2020, réforme de la CEI, réconciliation nationale, les grandes promesses de Ouattara depuis l’Assemblée nationale

Présidentielle 2020, réforme de la CEI, réconciliation nationale, les grandes promesses de Ouattara depuis l’Assemblée nationale

electionsci201641 avril 20193min73
electionsci201641 avril 20193min73
3c6b3767f471c084a3704aa0dc46ff6d_L.jpg

Présent à l’ouverture solennelle de la session Parlementaire 2019, le Chef de l’Etat ivoirien, le Président, Alassane Ouattara a promis  la tenue d’élection apaisée en 2020.

Il est clair que pour l’ensemble des observateurs nationaux et internationaux, les regards sont tournés vers les joutes présidentielles de 2020. Dans son adresse aux députés et par ricochet à l’ensemble de la communauté nationale et internationale, le président Alassane Ouattara a tenu à rassurer toutes les opinions sur la bonne tenue de ces élections. « Je suis convaincu que tous se passera bien et dans une bonne ambiance comme ce fut le cas en 2015. J’invite donc à arrêter de se faire peur », a rassuré le chef de l’Etat.

Ce faisant, le Chef de l’exécutif, a promis que la réforme de la Commission électorale indépendante (CEI), se fera conformément aux exigences de la Cour Africaine des Droits de l’Homme. Ce, dans la perspective de rétablir la confiance des Ivoiriens d’avec cette institution. « Je déposerai dans les prochains jours, un projet de loi prenant en compte les propositions de la Cour Africaine des Droits de l’Homme et des peuples, ce qui contribuera à renforcer la confiance en cette institution », a-t-il promis.

Au plan sécuritaire, le président du Rassemblement des houphouëtistes pour la démocratie et la paix (RHDP), a confié que l’indice de sécurité qui est de 1.1 a désormais atteint son niveau le plus faible, depuis le déclenchement de la crise post-électorale. « L’indice de sécurité est de 1.1, c’est le niveau le plus faible depuis la fin de la crise post-électorale et c’est le niveau constaté dans toutes les grandes capitale », a confié le président Ouattara.

Le président Ouattara a indiqué que la réconciliation et la paix sont un préalable au développement économique et sociale de la nation. Et la décision d’amnistie et celle de ne plus envoyer d’Ivoirien à la Cour pénale internationale s’inscrivent dans cette démarche de réconciliation nationale. « Je suis heureux de constater que cette réconciliation est bel et bien en marche », s’est-il réjouit.

Le chef de l’Etat ivoirien a invité l’ensemble de la classe politique ivoirienne à s’inscrire dans cette demarche d’apaisement, de cohésion sociale afn de garantir la reconciliation nationale.

Présent à l’ouverture solennelle de la session Parlementaire 2019, le Chef de l’Etat ivoirien, le Président, Alassane Ouattara a promis  la tenue d’élection apaisée en 2020.

Il est clair que pour l’ensemble des observateurs nationaux et internationaux, les regards sont tournés vers les joutes présidentielles de 2020. Dans son adresse aux députés et par ricochet à l’ensemble de la communauté nationale et internationale, le président Alassane Ouattara a tenu à rassurer toutes les opinions sur la bonne tenue de ces élections. « Je suis convaincu que tous se passera bien et dans une bonne ambiance comme ce fut le cas en 2015. J’invite donc à arrêter de se faire peur », a rassuré le chef de l’Etat.

Ce faisant, le Chef de l’exécutif, a promis que la réforme de la Commission électorale indépendante (CEI), se fera conformément aux exigences de la Cour Africaine des Droits de l’Homme. Ce, dans la perspective de rétablir la confiance des Ivoiriens d’avec cette institution. « Je déposerai dans les prochains jours, un projet de loi prenant en compte les propositions de la Cour Africaine des Droits de l’Homme et des peuples, ce qui contribuera à renforcer la confiance en cette institution », a-t-il promis.

Au plan sécuritaire, le président du Rassemblement des houphouëtistes pour la démocratie et la paix (RHDP), a confié que l’indice de sécurité qui est de 1.1 a désormais atteint son niveau le plus faible, depuis le déclenchement de la crise post-électorale. « L’indice de sécurité est de 1.1, c’est le niveau le plus faible depuis la fin de la crise post-électorale et c’est le niveau constaté dans toutes les grandes capitale », a confié le président Ouattara.

Le président Ouattara a indiqué que la réconciliation et la paix sont un préalable au développement économique et sociale de la nation. Et la décision d’amnistie et celle de ne plus envoyer d’Ivoirien à la Cour pénale internationale s’inscrivent dans cette démarche de réconciliation nationale. « Je suis heureux de constater que cette réconciliation est bel et bien en marche », s’est-il réjouit.

Le chef de l’Etat ivoirien a invité l’ensemble de la classe politique ivoirienne à s’inscrire dans cette demarche d’apaisement, de cohésion sociale afn de garantir la reconciliation nationale.