Grève dans l’enseignement, expulsion violente dans les établissements: Des élèves arrêtés avec des machettes, des gris-gris saisis, de graves révélations

electionsci201644 mars 20194min30

La grève dans l’enseignement s’est muée en expédition punitive, du fait de plusieurs bandes d’élèves qui se sont donnés comme tâche, l’expulsion de leurs camarades des salles de classe, de manière musclée.

Des membres d’une de ces nombreuses bandes qui parcourent les établissements secondaires, aussi bien à Abidjan qu’à l’intérieur du pays, ont été interpellés par des responsables d’établissements. Ils ont été maîtrisés lors d’un assaut sur un établissement secondaire.

Ce sont I.A., C.D., des élèves mineurs, et l’un de leurs camarades, qui ont été pris, le jeudi 28 février 2019, dans un autre établissement. Après des courses-poursuites, ils ont été rattrapés, selon des témoins.

Interrogé, I.A. a fait des révélations. « Nous avons été envoyés par des éducateurs et professeurs de notre établissement, pour venir déloger les autres élèves. »

Ces propos de I.A sont appuyés par l’un des manifestants assis à ses côtés, qui dit être venu sous les instructions de ses professeurs, pour déloger de force les élèves des autres établissements.

Quant à C.D. qui soutient le faire de son propre gré, il a dit se protéger grâce à des objets qu’il porte sur lui-même. C’est-à-dire, des gris-gris qu’il avait soigneusement rangés dans son sac à dos.

Depuis le début du mois de février 2019, plusieurs groupes d’élèves, armés de machettes, de couteaux, de coupe-coupe et de gourdins, sillonnent les établissements qui résistent à la grève dans le primaire et le secondaire, pour déloger violemment.

C’était le cas à Abobo où des élèves ont pris d’assaut le collège Sainte Foi, le mercredi 27 février 2019, munis de cailloux et de gravats, pour déloger leurs camarades.

Tout comme à Marcory où une horde d’individus armés de machettes, de gourdins et d’armes à feu, a fait irruption au collège Voltaire, le 13 février 2019. Un élève de seconde a été blessé par balle au flanc droit.

Ces violences interviennent dans un contexte délétère où les discussions engagées entre le gouvernement et les syndicats grévistes se sont terminées en queue de poisson.

Rappelons qu’en début d’année 2019, des enseignants ont entamé une grève pour réclamer de meilleures conditions de vie et de travail.

M’BRA Konan

La grève dans l’enseignement s’est muée en expédition punitive, du fait de plusieurs bandes d’élèves qui se sont donnés comme tâche, l’expulsion de leurs camarades des salles de classe, de manière musclée.

Des membres d’une de ces nombreuses bandes qui parcourent les établissements secondaires, aussi bien à Abidjan qu’à l’intérieur du pays, ont été interpellés par des responsables d’établissements. Ils ont été maîtrisés lors d’un assaut sur un établissement secondaire.

Ce sont I.A., C.D., des élèves mineurs, et l’un de leurs camarades, qui ont été pris, le jeudi 28 février 2019, dans un autre établissement. Après des courses-poursuites, ils ont été rattrapés, selon des témoins.

Interrogé, I.A. a fait des révélations. « Nous avons été envoyés par des éducateurs et professeurs de notre établissement, pour venir déloger les autres élèves. »

Ces propos de I.A sont appuyés par l’un des manifestants assis à ses côtés, qui dit être venu sous les instructions de ses professeurs, pour déloger de force les élèves des autres établissements.

Quant à C.D. qui soutient le faire de son propre gré, il a dit se protéger grâce à des objets qu’il porte sur lui-même. C’est-à-dire, des gris-gris qu’il avait soigneusement rangés dans son sac à dos.

Depuis le début du mois de février 2019, plusieurs groupes d’élèves, armés de machettes, de couteaux, de coupe-coupe et de gourdins, sillonnent les établissements qui résistent à la grève dans le primaire et le secondaire, pour déloger violemment.

C’était le cas à Abobo où des élèves ont pris d’assaut le collège Sainte Foi, le mercredi 27 février 2019, munis de cailloux et de gravats, pour déloger leurs camarades.

Tout comme à Marcory où une horde d’individus armés de machettes, de gourdins et d’armes à feu, a fait irruption au collège Voltaire, le 13 février 2019. Un élève de seconde a été blessé par balle au flanc droit.

Ces violences interviennent dans un contexte délétère où les discussions engagées entre le gouvernement et les syndicats grévistes se sont terminées en queue de poisson.

Rappelons qu’en début d’année 2019, des enseignants ont entamé une grève pour réclamer de meilleures conditions de vie et de travail.

M’BRA Konan