Élections en Afrique du Sud : ouverture des bureaux de vote, l’ANC favori

Élections en Afrique du Sud : ouverture des bureaux de vote, l’ANC favori

electionsci201648 mai 20192min19
electionsci201648 mai 20192min19
capture-dcran-2019-05-08-103932-592x296.png

Les Sud-Africains ont commencé mercredi à voter pour des élections législatives et régionales promises au Congrès national africain (ANC) au pouvoir depuis 1994, malgré le chômage, la corruption et la pauvreté qui gangrènent le pays.

Les enquêtes d’opinion promettent au parti de Nelson Mandela de conserver une majorité absolue des sièges à l’Assemblée nationale, synonyme de nouveau mandat à la présidence pour son chef Cyril Ramaphosa.

Les premiers des 27 millions d’électeurs se sont pressés très tôt dans les bureaux de vote du pays.

« J’attendais ça depuis longtemps. C’est la première fois que je vote, je suis très heureuse », a confié Lala Rosetta Ramaoka, 21 ans, venue déposer son bulletin dans l’urne dans une école primaire à Seshego (nord-est).

Le principal enjeu du scrutin réside dans l’ampleur du recul annoncé de l’ANC, dont la popularité a plongé sous le règne rythmé de scandales de Jacob Zuma (2009-2018).

Aux élections locales de 2016, le parti aux couleurs vert, jaune et or a réalisé son plus mauvais score national en recueillant 54% des voix, cédant en outre le contrôle de villes emblématiques comme Johannesburg et Pretoria.

 

 

08 mai 2019 à 04h00 | Par Jeune Afrique avec AFP

Mis à jour le 08 mai 2019 à 11h00

Les Sud-Africains ont commencé mercredi à voter pour des élections législatives et régionales promises au Congrès national africain (ANC) au pouvoir depuis 1994, malgré le chômage, la corruption et la pauvreté qui gangrènent le pays.

Les enquêtes d’opinion promettent au parti de Nelson Mandela de conserver une majorité absolue des sièges à l’Assemblée nationale, synonyme de nouveau mandat à la présidence pour son chef Cyril Ramaphosa.

Les premiers des 27 millions d’électeurs se sont pressés très tôt dans les bureaux de vote du pays.

« J’attendais ça depuis longtemps. C’est la première fois que je vote, je suis très heureuse », a confié Lala Rosetta Ramaoka, 21 ans, venue déposer son bulletin dans l’urne dans une école primaire à Seshego (nord-est).

Le principal enjeu du scrutin réside dans l’ampleur du recul annoncé de l’ANC, dont la popularité a plongé sous le règne rythmé de scandales de Jacob Zuma (2009-2018).

Aux élections locales de 2016, le parti aux couleurs vert, jaune et or a réalisé son plus mauvais score national en recueillant 54% des voix, cédant en outre le contrôle de villes emblématiques comme Johannesburg et Pretoria.

 

 

08 mai 2019 à 04h00 | Par Jeune Afrique avec AFP

Mis à jour le 08 mai 2019 à 11h00