Affaire « riz avarié » au port d’Abidjan : Ce que donne les résultats des analyses, le gouvernement annonce des actions

Affaire « riz avarié » au port d’Abidjan : Ce que donne les résultats des analyses, le gouvernement annonce des actions

electionsci201641 avril 20192min73
electionsci201641 avril 20192min73
d255af43c530d57f29a62940fffe5007_L.jpg

Le Gouvernement ivoirien a annoncé la destruction de la cargaison des 18 000 tonnes de riz d’origine birmane impropres à la consommation.

Le ministère du Commerce, de l’Industrie et de la Promotion des Pme (Petites et moyennes entreprises), à travers un communiqué publié ce week-end, informe que les 18 000 tonnes de riz birman stockés au port d’Abidjan sont déclarées impropres à la consommation.

Conformément aux dispositions de l’article 17 de la loi n°2016-410 du 15 juin 2016 relative à la répression des fraudes et des falsifications en matière de vente des biens ou services, il est procédé à la saisie réelle et la mise sous scellés des 18 000 tonnes de riz birman stockées au port d’Abidjan et au déclenchement de la procédure de destruction. Ainsi en a décidé le gouvernement ivoirien suite aux analyses effectuées sur des échantillons de ce riz par un laboratoire accrédité et agréé dans le cadre du programme de Vérification de conformité des marchandises à destination de la Côte d’Ivoire (Voc). Le communiqué publié, à cet effet, par le ministère du Commerce, de l’Industrie et de la Promotion des Pme, précise que cette cargaison de riz est non-conforme à la norme ivoirienne-Codex Stan 198-1995 rendu d’application obligatoire par le décret n°2016-1152 du 28 décembre 2016 rendant certaines normes d’application obligatoire.

Pour rappel, une cargaison de 18 000 tonnes de riz d’origine birmane de qualité douteuse a été déchargée au Port autonome d’Abidjan (Paa) du 11 au 18 mars 2019 par le navire Océan princess, en provenance d’Asie via les ports de Conakry (Guinée) et de Lomé (Togo).

Irène BATH

Le Gouvernement ivoirien a annoncé la destruction de la cargaison des 18 000 tonnes de riz d’origine birmane impropres à la consommation.

Le ministère du Commerce, de l’Industrie et de la Promotion des Pme (Petites et moyennes entreprises), à travers un communiqué publié ce week-end, informe que les 18 000 tonnes de riz birman stockés au port d’Abidjan sont déclarées impropres à la consommation.

Conformément aux dispositions de l’article 17 de la loi n°2016-410 du 15 juin 2016 relative à la répression des fraudes et des falsifications en matière de vente des biens ou services, il est procédé à la saisie réelle et la mise sous scellés des 18 000 tonnes de riz birman stockées au port d’Abidjan et au déclenchement de la procédure de destruction. Ainsi en a décidé le gouvernement ivoirien suite aux analyses effectuées sur des échantillons de ce riz par un laboratoire accrédité et agréé dans le cadre du programme de Vérification de conformité des marchandises à destination de la Côte d’Ivoire (Voc). Le communiqué publié, à cet effet, par le ministère du Commerce, de l’Industrie et de la Promotion des Pme, précise que cette cargaison de riz est non-conforme à la norme ivoirienne-Codex Stan 198-1995 rendu d’application obligatoire par le décret n°2016-1152 du 28 décembre 2016 rendant certaines normes d’application obligatoire.

Pour rappel, une cargaison de 18 000 tonnes de riz d’origine birmane de qualité douteuse a été déchargée au Port autonome d’Abidjan (Paa) du 11 au 18 mars 2019 par le navire Océan princess, en provenance d’Asie via les ports de Conakry (Guinée) et de Lomé (Togo).

Irène BATH